Du prendre soin


Actualités

  • Nouvelles de l’"humanitude"

    Je ne saurais trop recommander la lecture de : https://www.facebook.com/notes/asg-assistant-de-soins-en-g%C3%A9rontologie/la-m%C3%A9thodologie-de-soin-gineste-marescotti-dite-humanitude-exp%C3%A9rience-de-son-app/1736780023034554/

    Cet exposé décrit la méthode et ses résultats à peu près dans les termes où je les aurais décrit.e.s (soyons à la mode) moi-même : sans emphase, centrée sur la technique (et notamment la manutention) et sur une appréciation humble des résultats.

    On ne manquera pas de se dire que nombre des aspects développés se retrouvent dans d’autres approches, et sont déjà mis en œuvre par nombre d’équipes. Mais cela ne doit pas faire méconnaître que la force extraordinaire de cette méthode repose dans la précision et l’exigence qui président à sa mise en application. C’est pourquoi je continue à la considérer comme ce qui peut se faire de mieux dans le domaine de la prise en charge des vieilles personnes.

  • Un plan pour le développement de la bientraitance

    Le Secrétariat aux Personnes âgées a présenté en mars dernier un "plan de développement de la bientraitance et de reforcement de la lutte contre la maltraitance".

    Il faut lire ce document, non seulement parce qu’il contient des idées intéressantes, mais aussi parce que tout ce qui permet d’améliorer les conditions de vie des personnes âgées mérite d’être soutenu et encouragé.

    Mais je continue à rester perplexe devant le concept de "bientraitance", dont je me demande s’il va au-delà d’un jeu de mots creux.

    Il y a un paradoxe : tout le monde sait intuitivement ce qu’est la maltraitance. Mais quiconque essaie de définir ce que c’est ne tarde pas à s’y casser les dents. Compte tenu de ce que nous faisons subir aux personnes âgées, c’est de peu d’importance : il y a tant à faire qu’on n’est pas près de se trouver gêné par ces imprécisions. Par contre les choses deviennent cruciales dès qu’on se trouve en présence de situations limite. Et si la maltraitance est si indéfinissable, comment compte-t-on définir la bientraitance ?

    Voir en ligne : Plan de développement de la bientraitance

Articles de cette rubrique

  • PLAIDOYER POUR LES EHPAD

    13 | par Michel

    Il est habituel de dire beaucoup de mal des EHPAD ; de leur coût exorbitant, de leurs services insuffisants, du manque criant de personnel, de l’épuisement des soignants.
    C’est là une position qui me met mal à l’aise.
    Bien sûr, on n’en fera jamais assez. Bien sûr, les conditions de travail dans les (...)

  • Parole d’une aidante

    7 | par L'aidante

    Sophie accompagne sa mère, souffrant d’une démence de type Alzheimer. Je lui laisse la plume pour parler de son expérience.

    M.C.

  • La sexualité du dément

    13 | par Michel

    La sexualité du dément est un sujet que, me semble-t-il, on n’aborde guère. Pourtant c’est de manière non rare que les soignants s’y trouvent confrontés. Les problèmes pratiques, techniques, éthiques sont alors d’une complexité redoutable.
    Je n’ai pour ma part aucune solution à proposer, ni d’ailleurs (...)

  • Prise en charge des fausses routes en gériatrie

    42 | par Michel

    Je présente ici quelques notes sur les pratiques en matière de prise en charge des fausses routes en gériatrie et en fin de vie.

    On voudra bien les lire en se souvenant que, comme tous les textes présentés sur ce site :
    - Il ne s’agit que de du compte-rendu de mon expérience personnelle ; je n’ai aucune prétention à présenter un exposé complet.
    - Les propositions que je fais concernent les personnes âgées et les malades en fin de vie. Je ne sais absolument pas dans quelle mesure elles pourraient être applicables par exemple à la question des personnes handicapées.