Les troubles du transit en gériatrie - commentaires Les troubles du transit en gériatrie 2021-08-12T07:04:27Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment17011 2021-08-12T07:04:27Z <p>Bonjour, Catherine.</p> <p>Je crois important de vous répondre vite. Pardonnez le caractère un peu désordonné de ce message.</p> <p>Vous écrivez :</p> <p><i>Ma mère est en USLD après un séjour en EHPAD à 10 km de Tulle parce que j'ai demandé qu'elle soit admise dans l'établissement le plus proche de moi</i></p> <p>Ce que je vous demandais c'était pourquoi elle est en USLD et non en EHPAD. La différence entre les deux est qu'on entre en USLD quand on est atteint d'une pathologie nécessitant des soins médicaux constants. Pour vous schématiser les choses, dans le système français : <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Un sujet qui va mal et qu'on espère sauver, ou qui peut rapidement guérir, a sa place en médecine. <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Un sujet qui va mal, mais qui n'est pas en danger de mort rapide et qu'on peut améliorer a sa place en soins de suite. <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Un sujet qui va mal et qu'on ne peut pas améliorer a sa place en USLD. <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Tous les autres relèvent du domicile, que ce soit en ville ou en EHPAD.<br class="autobr" /> Si donc votre mère est en USLD, je suis fondé à penser qu'elle est dans un état de santé extrêmement précaire, qui ne permet pas son retour à domicile ou son entrée en EHPAD ; je le crois d'autant plus que, la stratégie gouvernementale ayant été, depuis fort longtemps, de réduire l'offre de soins en USLD (on va clamant que la France a perdu 100 000 lits d'hospitalisation ; on oublie de préciser que plus de la moitié de ces lits étaient des lits d'USLD et non des lits de court séjour), les conditions d'entrée en USLD ont été considérablement durcies.</p> <p>Or il m'importerait au plus haut point, pour me faire une idée de l'état de votre mère, de connaître les raisons médicales de son entrée en USLD.</p> <p><i>Je dois m'expliquer sur la démence</i>.</p> <p>Ma mère n'est pas démente.</p> <p>Pour ma part j'utilise très souvent ce terme. Je le fais en étant conscient de ce qu'il a de choquant, mais j'y tiens. Vous savez, j'ai passé de longues années en leur compagnie. Ce sont des gens que j'ai appris à respecter, à aimer, à <i>admirer</i>. Ils m'ont énormément appris, et je peux dire que pour une bonne part je leur dois une bonne part de mes conceptions sur la vie, et plus encore sur la dignité. J'ai bien compris que le monde dans lequel nous vivons est fait de mots autant que de choses, et que la façon dont nous nommons une chose fait une part de cette chose elle-même. Mais je peste contre cette tendance que nous avons à changer les mots en nous figurant que ça change les choses. L'IVG c'est tout de même plus sexy que l'avortement, n'est-ce pas ? Mais pour ma part, et même si je suis de (très) longue date un militant du droit (?) à l'avortement, je tiens à appeler les choses par leur nom, manière de rappeler que si l'avortement est une triste nécessité le problème éthique qu'il pose n'est pas si bien résolu que ça. Tout comme je ne supporte pas que le mariage des homosexuels (j'ai toujours été pour) se retrouve requalifié en « mariage pour tous », essayez donc d'épouser votre fils. Bref je veux qu'au lieu de changer la façon dont on appelle les déments nous changions le regard que nous portons sur eux, je ne crois pas que les aveugles voient beaucoup mieux depuis qu'ils sont devenus non-voyants. Le dément n'est pas un fou furieux qui casse tout et agresse tout le monde, oh, lisez <a href="https://www.babelio.com/livres/Bobin-La-presence-pure-et-autres-textes/99998" class="spip_out" rel='nofollow external'><i>La présence pure</i></a>.</p> <p><i>Juste avant qu'elle perde la parole je faisais avec elle des mots fléchés et elle était performante</i>.</p> <p>Et cela ne me surprend pas : la démence n'est pas un processus uniforme ; pendant longtemps certaines aptitudes peuvent se maintenir, incroyablement intactes, et c'est bien là ce qui nous égare, voyez <a href="http://www.michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article10" class="spip_out" rel='nofollow external'><i>La démence ou l'art du camouflage</i></a>. Je me souviens de ce patient qui ne savait plus rien faire. Nous lui faisions sa toilette, nous lui changions ses couches, nous le faisions manger. Mais à la belote…</p> <p><i>Elle n'a jamais montré des signes de démence à ma connaissance et le médecin n'a jamais utilisé ce terme</i>.</p> <p>Je n'en doute pas.</p> <p><i>On m'a parlé de perte cognitive</i></p> <p>Nous y voici. Votre médecin a simplement fait preuve d'une délicatesse que je n'ai pas parce que je la désapprouve. Mais j'ai tort : c'est un combat perdu.</p> <p><i>J'ai toutefois oublié de mentionner que depuis 3 ans au moins son bras gauche s'est tout recroquevillé comme paralysé (…) et tout récemment d'un AVC</i>.</p> <p>Je suppose que je dirais la même chose. Mais après tout ce temps il serait illusoire de chercher à reconstituer les faits : <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Par exemple on pourrait faire un scanner. Cela permettrait de retrouver les traces d'un accident vasculaire cérébral. Mais non seulement cela ne nous avancerait guère, mais en outre on aurait du mal à faire un lien entre ces traces radiologiques et la paralysie (si c'en est une) que vous observez. <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Ou encore il existe des démences vasculaires, quand l'accident a touché une zone impliquée dans la cognition. On y pense d'autant plus ici que cette présentation de la démence « par plaques », si j'ose dire, avec des fonctions très atteintes et d'autres intactes, est très évocatrice de démence vasculaire. Mais là non plus cela ne nous donne aucun moyen d'action. <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Et si les médecins ont tendance à étiqueter « vasculaire » toute démence survenant dans un contexte d'accident vasculaire cérébral, c'est qu'ils oublient un peu vite que, même chez le vasculaire, la démence la plus fréquente est la démence de type Alzheimer.</p> <p>Mais passons : les choses sont comme elles sont. Ce que j'en dis, ce n'est pas pour vous harceler d'un terme qui vous blesse, c'est simplement pour essayer de me faire une idée de la situation, car cela a d'évidentes implications sur la manière dont votre mère les ressent.</p> <p><i>De jour en jour la situation alterne en somnolence apaisée mais plus souvent en demi-somnolence avec des grimaces et des regards implorants. Elle repousse les aides-soignantes de son bras droit qui montre une force et une énergie surprenante</i>.</p> <p>Toujours sous les pommiers, comment puis-je réfléchir ?</p> <p>Les grimaces, le geste par lequel le malade repousse la main qui se tend vers lui, tout cela est compatible avec une douleur. Nous en reparlerons très vite. Mais cela est compatible aussi avec une autre idée, et j'y reviendrai aussi.</p> <p><i>L'équipe soignante a mis en place une échelle de douleur selon les formats standardisés</i></p> <p>Voici qui me rassure grandement. Car ces échelles d'évaluation de la douleur chez le malade non communiquant sont très peu utilisées, et le fait qu'on les emploie ici montre que nous avons affaire à une équipe avertie, et particulièrement désireuse de bien faire. Gardons seulement en mémoire que l'emploi de ces échelles est ardu, et qu'il demande une grande pratique.</p> <p><i>Il me semble que tant qu'on n'intervient pas par lavement et autre technique intrusive sa douleur physique est atténuée. Aussi grâce sans doute au Matrifen limité à 12 microg en raison d'une incompatibilité avec les problèmes intestinaux</i>.</p> <p>Je vous l'ai dit : je ne sais pas ce que je ferais. Le risque à procéder ainsi est que l'effet antalgique ne soit pas suffisant. Le risque à utiliser « lavement et autre technique intrusive » est d'échouer, ce qui conduirait à ajouter inutilement à la souffrance. Cela ne peut être décidé que sur place, et je comprends la stratégie adoptée, d'autant que la solution alternative demande une grande pratique de ces situations.</p> <p><i>Mais quid de la douleur psychique ?? Ses regards disent trop pour moi son angoisse et son désespoir de se voir dans cet état alors que tout montre qu'elle ne veut plus continuer </i></p> <p>Voilà : ce que vous me décrivez est aussi compatible avec l'idée que votre mère ne veut plus de cette situation.</p> <p>Or je crois fermement que, et <i>jusqu'à la fin</i>, les déments sont parfaitement capables d'envisager, même si c'est sur un mode qui nous échappe, les grandes questions, notamment celles relatives à la vie et à la mort. Et je ne serais nullement surpris si votre mère indiquait par là sa volonté que les choses se terminent.</p> <p>Ajoutons que, même si je persiste à clamer que nous avons parfaitement les moyens de grandement limiter la casse (ce qui fait de l'euthanasie une idée totalement <i>ringarde</i>, je ne crois pas une seconde que le trépas soit un bon moment.</p> <p><i>Faudrait-il augmenter son antidépresseur pour qu'elle vive plus "sereinement" le lent délabrement de son corps ?</i></p> <p>Non : l'antidépresseur serait impuissant dans un tel contexte, et d'ailleurs il faudrait plusieurs semaines avant qu'il produise ses effets. Je ne crois pas que nous les ayons. Par contre la souffrance psychique est une souffrance comme les autres, et si elle semble trop intense la sédation pourrait être légitimement envisagée. Mais elle se paie d'une perte de la relation.</p> <p><i>Autant vous dire ni elle ni moi n'avons jamais évoqué ce scénario comme une mort "digne" et je dirais plutôt une mort humaine en milieu socialisé</i>.</p> <p>Et c'est la seule question qui vaille.</p> <p><i>Le seul médecin du service est un jeune médecin qui est arrivé en mai. Pas de gériatre expérimenté en vue</i>.</p> <p><i>Quant aux soins palliatifs lorsque j'ose poser la question la réponse est plus que floue pour ne pas dire qu'elle n'en relève pas En plus en plein mois d'août la question est osée !!</i></p> <p><i>J'ai plutôt l'impression que mes questions embarrassent surtout quand on me demande comment je vais avec un air concerné comme pour me faire comprendre que c'est moi qui ai besoin d'aide pour affronter la lente agonie de ma mère !!</i></p> <p>Oui, Catherine. Vous avez affaire à une équipe qui souffre, qui donne tout ce qu'elle a, et qui se sent cruellement blessée quand vous lui dites qu'il y aurait mieux à faire. Je vous le disais l'autre jour : on n'est pas là pour soigner les soignants, mais c'est une communauté qui est au chevet de votre mère, et c'est cette communauté qui est efficace. Il faut être très prudent car une équipe déstabilisée perdrait cette efficacité. J'ai de cuisants souvenirs de situations où j'avais raison mais où je n'ai pas pu persuader l'équipe de la justesse de mes vues. Il m'a fallu me soumettre et appliquer des stratégies que je désapprouvais : une équipe qui se trompe est plus efficace qu'un médecin qui voit juste.</p> <p>La mort est un mystère insondable mais tant qu'on n'est pas mort on fait partie du monde des vivants et de mon point de vue on est en droit d'attendre l'aide de ses semblables quels qu'ils soient parents et soignants.</p> <p>Quant à dire que vous avez besoin d'aide, c'est évident. Il se peut même que l'équipe ait raison de dire que vous surestimez la souffrance de votre mère. Mais ce peut être aussi une réaction défensive de sa part. Que puis-je en savoir ?</p> <p>Je comprends bien que la période rend plus difficile l'intervention d'une équipe de soins palliatifs. Mais il ne s'agirait pas ici de lui faire prendre la situation en charge, juste de donner un avis, de porter un regard. Est-ce impossible ?</p> <p><i>J'ai lu et je relirai "la règle du double effet" pour mieux comprendre l'approche bénéfice/risque en la circonstance hors norme de la fin de vie dans une vision éthique</i>.</p> <p><i>Ces notions sont-elles enseignées aux jeunes médecins ou les protocoles formatés règnent-ils en maîtres ?</i></p> <p>Ce n'est guère enseigné. De surcroît c'est une règle très difficile à comprendre, au point que la loi Claeys-Léonetti, que décidément je déteste, commet d'immenses bévues à ce sujet.</p> <p>J'ajouterais qu'à mon sens un protocole formaté n'est pas un <a href="http://www.michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article119" class="spip_out" rel='nofollow external'>protocole</a>.</p> <p><i>Réfléchir m'apaise comme si en soit c'était déjà une action</i>.</p> <p><i>C'est</i> une action. Bien sûr il vaut mieux que nos actions soient adéquates. Mais… on n'est pas des bœufs, et ce qu'en toutes circonstances nous devons au malade, c'est d'agir avec une intention droite.</p> <p><i>Mais en vérité il n'en est rien Je vois ma mère démunie devant le pouvoir de l'institution qui s'exerce sans "charité" traitant des numéros et pas des personnes singulières dans leur dernier instant d'humanité avec pour ultime objectif de me faire accepter son inhumanité - le comble !</i></p> <p>Non, je ne crois pas. Je vous le redis : l'équipe donne tout ce qu'elle a. il en va de cette situation comme de ces autres, que j'ai bien connues, où l'entourage demande des choses qui ne sont pas dans l'intérêt du malade. Il faut savoir plier parce que si l'entourage souffre trop le malade le paiera aussi.</p> <p><i>Voilà où nous en sommes. Merci de votre regard expérimenté sur une situation -somme toute assez banale vu le nombre de personnes âgées transfusées et mourantes dans les chambres voisines- jusqu'à ce que mort s'ensuive</i>.</p> <p><i>Dans le cas de ma mère elle me semble lucide et dans un état de souffrance qui n'est pas reconnu. Je sais qu'elle est courageuse mais il y a des limites à ce qui me semble non-assistance à personne vulnérable et en danger</i>.</p> <p>Qu'ajouter, Catherine, à ce que je vous ai dit ? Ceci, peut-être : que le point crucial est que vous êtes là. Ce qui est en train de se vivre, c'est la présence d'une fille près de sa mère qui s'en va. C'est cela qui justifie tout. Et cela n'implique même pas que vous passiez de très longs temps près d'elle (surtout, protégez-vous, vous avez aussi le devoir de vivre votre vie) ; il suffit qu'elle sache que vous viendrez.Pour le reste… je préférerais être à vos côtés.</p> <p>Quant au médecin... Ne manquez pas une occasion de lui manifester votre confiance. Ce n'est pas lui qui est en cause, c'est le désarroi de notre temps face à la mort. Les médecins ne font pas ce métier pour l'accueillir mais pour la combattre. De sorte que là où il leur faudrait la regarder en face leur peur fait qu'ils lui tournent le dos. C'est ainsi. Je ne crois pas avoir été un bon médecin, mais regarder la mort j'ai appris à le faire.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2021-08-10T13:37:14Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment17005 2021-08-10T13:37:14Z <p>Bonjour Docteur,</p> <p>Merci pour votre réponse qui m'aide à "réféchir" sur la situation de ma mère face à sa mort prochaine -mais dans quelles conditions ? - et ma manière de ne pas complètement l'abandonner et de faire mon boulot de fille la seule qu'elle a et sur qui elle compte</p> <p>Tout d'abord deux précisions : <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Ma mère est en USLD après un séjour en EHPAD à 10 km de Tulle parce que j'ai demandé qu'elle soit admise dans l'établissement le plus proche de moi Et je m'en suis félicitée lorsque en 2018 je me suis cassée un poignet et n'ai pas pu conduire pdt 3 mois <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Ma mère n'est pas démente Juste avant qu'elle perde la parole je faisais avec elle des mots fléchés et elle était performante Elle n'a jamais montré des signes de démence à ma connaissance et le médecin n'a jamais uitilisé ce terme. J'ai toutefois oublié de mentionner que depuis 3 ans au moins son bras gauche s'est tout recroquevillé comme paralysé .On m'a parlé de perte cognitive et tout récemment d'un AVC</p> <p>De jour en jour la situation alterne en somnolence apaisée mais plus souvent en demi-somnolence avec des grimaces et des regards implorants. Elle repousse les aides-soignantes de son bras droit qui montre une force et une énergie surprenante <br class="autobr" /> J'ai essayé de réfléchir sur l'observatoin de sa douleur L'équipe soignante a mis en place une échelle de douleur selon les formats standadisés et fait des efforts pour l'installer le plus confortablement possible entourée de divers coussins Il me semble que tant qu'on n'intervient pas par lavement et autre technique intrusive sa douleur physique est atténuée Aussi grâce sans doute au Matrifen limité à 12microg en raison d'un incompatibilté avec les problèmes intestinaux</p> <p>Mais quid de la douleur psychique ?? Ses regards disent trop pour moi son angoisse et son désespoir de se voir dans cet état alors que tout montre qu'elle ne veut plus continuer <br class="autobr" /> Faudrait-il augmenter son antidépresseur pour qu'elle vive plus "sereinement" le lent délabrement de son corps ?<br class="autobr" /> Autant vous dire ni elle ni moi n'avons jamais évoqué ce scénario comme une mort "digne" et je dirais plutôt une mort humaine en milieu socialisé</p> <p>Le seul médecin du service est un jeune médecin qui est arrivé en mai. Pas de gériatre expérimenté en vue <br class="autobr" /> Quand aux soins palliatifs lorsque j'ose poser la question la réponse est plus que floue pour ne pas dire qu'elle n'en relève pas En plus en plein mois d'août la question est osée !!<br class="autobr" /> J'ai plutôt l'impression que mes questions embarrassent surtout quand on me demande comment je vais avec un air concerné comme pour me faire comprendre que c'est moi qui ai besoin d'aide pour affronter la lente agonie de ma mère !!</p> <p>La mort est un mystère insondable mais tant qu'on n'est pas mort on fait partie du monde des vivants et de mon point de vue on est en droit d'attendre l'aide de ses semblables quels qu'ils soient parents et soignants</p> <p>J'ai lu et je relierai "la règle du double effet" pour mieux comprendre l'approche bénéfice/risque en la circonstance hors norme de la fin de vie dans une vision éthique <br class="autobr" /> Ces notions sont-elles enseignées aux jeunes médecins ou les protocoles formatés reignent-ils en maître ?</p> <p>Réfléchir m'apaise comme si en soit c'était déjà une action Mais en vérité il n'en est rien Je vois ma mère démunie devant le pouvoir de l'instition qui s'exerce sans "charité" traitant des numéros et pas des personnes singulières dans leur dernier instant d'humanité avec pour ultime objectif de me faire accepter son inhumanité - le comble !</p> <p>Voilà où nous en sommes Merci de votre regard expérimenté sur une situation -somme toute assez banale vu le nombre de personnes agées tranfusées et mourantes dans les chambres voisines- jusqu'à ce que mort s'en suive <br class="autobr" /> Dans le cas de mère elle me semble lucide et dans un état de souffrance qui n'est pas reconnu <br class="autobr" /> Je sais qu'elle est courageuse mais il y a des limites à ce qui me semble non-assistance à personne vulnérable et en danger</p> <p>Si je n'abuse pas de votre temps "sous les pommiers" merci de me dire ce que vous en pensez et comment au mieux aborder la question avec le médecin dont les convictions ne me semblent pas dépasser les protocoles <br class="autobr" /> Bien cordialement <br class="autobr" /> Catherine</p> Les troubles du transit en gériatrie 2021-08-05T09:05:06Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment16991 2021-08-05T09:05:06Z <p>Bonjour, Cath.</p> <p>Je comprends votre désarroi. Et les questions que vous vous posez sont légitimes. D'ailleurs on pourrait les résumer aisément avec votre dernière phrase : <i>Ma mère est-elle condamnée à vivre ses derniers mois dans la souffrance ?</i> Et la réponse est non, mille fois non.</p> <p>Car quelle est la situation ?</p> <p>Nous avons affaire à une très vieille personne, grabataire, probablement démente, et dont l'espérance de vie est très restreinte (vous parlez de ses derniers mois, je crains que ce ne soit optimiste). Sa qualité de vie est mauvaise. Dans ces conditions, nous avons l'obligation, non seulement déontologique mais aussi légale, d'assurer son confort ; en d'autres termes si aucun autre moyen ne peut être trouvé, et si l'état de souffrance le justifie, il faut l'endormir. Je vais très vite, mais s'il le fallait la démonstration juridique de cette obligation ne pose aucun problème. Je ne vous la fais pas parce que dans la pratique ce n'est pas avec des raisonnements juridiques qu'on emporte la conviction du médecin. Tout ce que je veux vous dire c'est que d'une manière ou d'une autre la solution existe.</p> <p>Maintenant, essayons de réfléchir.</p> <p>Je dis bien : <i>réfléchir</i> ; car le point essentiel est que je n'ai pas vu votre mère. Je parle donc sans savoir, et je vais me borner à émettre des hypothèses, qui ne valent pas plus qu'elles ne valent. Allons plus loin : on aurait raison de me rétorquer que je ferais mieux de me taire.</p> <p><i>Je suis désemparée devant l'état de ma mère 90 ans qui devient de plus en plus critique et surtout DOULOUREUX</i>.</p> <p>Permettez-moi une réserve de principe : il n'est pas si facile de diagnostiquer la douleur chez le malade en proie à des problèmes de communication. La douleur a si longtemps été négligée qu'on se met à en voir partout, sans songer qu'un dément qui se plaint peut être un dément qui a peur, qu'on dérange, qui se gratte, etc. Vous écrivez qu'elle a mal, soit ; mais si cette douleur est un tant soit peu ancienne, je voudrais savoir ce qui a été fait pour la diagnostiquer : quand on a mal, on a mal quelque part, et pour une raison. Je suis bien placé pour savoir que quand on cherche à préciser les choses on se casse les dents une bonne fois sur deux, mais on est encore moins efficace quand on ne cherche pas. Il faut aussi compter avec ces douleurs, loin d'être rares, dont le mécanisme fait qu'elles résister à la morphine, et pour lesquelles il faut envisager d'autres traitements. Bref, vous me dites qu'elle a mal, ma réponse est : <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Comment le sait-on ? <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Qu'a-t-on fait pour en savoir plus ?</p> <p><i>Hébergée en USLS depuis 2016 elle a peu à peu perdu son autonomie</i></p> <p>Que s'est-il passé ? Pourquoi est-elle allée en institution ? Pourquoi une USLD plutôt qu'une autre structure ? Quelles sont ses autres maladies ? Ses traitements ?</p> <p><i>A ce jour elle a une sonde vésicale depuis plus de 2 ans</i>,</p> <p>Mêmes questions : j'ai toujours détesté les sondes à demeure, d'ailleurs il est rarissime que les femmes en aient besoin, et j'ai toujours déployé beaucoup d'efforts pour trouver des solutions alternatives. Dans mon souvenir je les ai toujours trouvées (du moins chez les femmes). Il faut donc savoir pourquoi les choses sont comme elles sont.</p> <p><i>ne marche plus depuis au moins 4 ans, ne parle plus depuis un an tout en gardant une capacité d'audition ce qui handicape notablement la communication</i></p> <p>Je suppose que cela signe la profondeur du déclin cognitif.</p> <p><i>La situation s'est accélérée depuis 3 semaines : elle refuse de boire et de s'alimenter</i></p> <p>De deux choses l'une : ou on accepte cette situation (c'est peut-être bien ce que je ferais) ou on la refuse. <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Si on la refuse, il faut se demander pourquoi elle ne mange plus. Il y a là tout un raisonnement gériatrique à mener ; je ne vais pas le détailler : s'il y a un gériatre un peu chevronné dans l'équipe il a fait le travail, et s'il n'y en a pas il reste à prendre les choses comme elles sont. <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Si on accepte la situation cela signifie qu'on ne va pas se battre pour l'alimenter, parce que c'est une cause perdue ; on entre alors dans une problématique de fin de vie.</p> <p><i>et vient de faire une infection urinaire qui a été traitée Il y a environ 10 jours </i></p> <p>Très banal dans un tel contexte. Cependant c'est une question plus difficile qu'on ne pourrait le croire car, ne l'oublions pas, une sonde à demeure s'infecte <i>toujours</i>, ce qui fait que le diagnostic d'infection urinaire <i>stricto sensu</i> ne va pas de soi. Mais passons.</p> <p><i>Elle a été amenée à l'hôpital pour une radio de l'abdomen qui a montré un fécalome haut</i>.</p> <p>Tout aussi banal, d'autant que les infections urinaires causent des fécalomes et que les fécalomes causent des infections urinaires.</p> <p><i>A ce jour son traitement médicamenteux est le suivant : antidépresseur (elle en prend depuis des années), laxatif et Matrifen</i></p> <p>Deux questions : <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Si son traitement se résume à cela, que fait-elle en long séjour ? <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Le Matrifen est un patch de morphine. Celui qui le lui a prescrit a donc pensé qu'elle avait mal. Qui ? Quand ? Pourquoi ? Quel raisonnement ? Quel dosage ?</p> <p><i>Perfusion quotidienne bien évidemment</i></p> <p>Quelques premiers lavements n'ont rien donné et ont été arrêtés</p> <p>Là, vous me mettez dans l'embarras.</p> <p>Car la perfusion n'a justement rien d'une évidence. Elle n'a d'utilité que si on est convaincu d'avoir affaire à une situation provisoire, qu'on a de fortes chances de pouvoir inverser. Sinon elle n'a pas d'intérêt, notamment en termes de confort. Il serait donc très important de savoir comment on a raisonné.</p> <p>Quant aux lavements, il va de soi qu'ils ne risquent pas de venir à bout d'un fécalome haut situé. Il faut d'autres moyens, dont vous ne me parlez pas.</p> <p>Et c'est là que je suis embarrassé : car ce que je vous raconte vient d'une longue pratique, notamment du combat contre la constipation morphinique. La gériatrie, les soins palliatifs, ce n'est pas de la haute technicité, c'est les mains dans le cambouis à faire des choses pas forcément exaltantes mais fondamentales, et très précises. Cette pratique on l'a ou on ne l'a pas. Je suis embarrassé pare que j'en viens à me demander si dans la boucle de décision il y a un praticien de ces disciplines. Je suppose bien qu'il y a un gériatre, mais ce qu'il faut c'est un gériatre un peu déjanté, comme je l'étais (je veux dire que pour moi un gériatre qui n'a jamais fait une toilette, qui n'a jamais fait manger une vieille dame, n'a pas compris la nature de ce qu'il a à faire).</p> <p>Du coup, cela me pousse à remettre sur le tapis la question du Matrifen.</p> <p>Il se peut qu'il ait été donné à la suite d'un raisonnement rigoureux et argumenté.</p> <p>Mais ils sont nombreux, les médecins qui, n'ayant pas la pratique des situations de fin de vie, croient de leur devoir de prescrire, un peu à tout hasard, une sorte de verrou antalgique. Le résultat n'est jamais correct : <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Soit le malade n'a pas mal, et ils le prescrivent pour rien. <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Soit il a mal, et dans la quasi-totalité des cas le verrou est insuffisant.<br class="autobr" /> Dans les deux situations on la les inconvénients de la morphine et pas les avantages.</p> <p>Comprenez-vous maintenant ma question ? Car si on n'est pas si assuré que ça que votre mère a mal, la première chose à faire est de repartir à zéro en retirant le Matrifen.</p> <p>Avez-vous songé à demander l'intervention d'un médecin de soins palliatifs ?</p> <p><i>Aujourd'hui un autre petit lavement a dégagé quelques selles </i></p> <p>Possible ; il se peut aussi que mine de rien le fécalome progresse vers la sortie. Mais quels moyens s'est-on donné pour lutter contre un fécalome haut ? Ils sont très spécifiques.</p> <p><i>Ne pouvant plus parler ni exprimer une plainte ou gémissement je lis sur son visage grimaçant des signes de douleur manifeste</i>.</p> <p>Il se peut que vous ayez raison. Il se peut aussi que vous ayez tort : l'inconfort du fécalome peut suffire, et ce n'est pas nécessairement de la douleur. Pour autant, ce n'est pas à négliger, et si d'aventure on se trouvait sans autre solution, alors cet inconfort devant absolument être réduit, ce serait une raison de l'endormir.</p> <p><i>Le médecin me dit ne pouvoir rien faire</i>.</p> <p>Je ne pourrais vous en dire quelque chose que si je savais quel a été le raisonnement, et ce qui a été fait.</p> <p><i>Il me semble avoir compris le mécanisme vicieux de la morphine qui est donc exclue dans ce cas</i>.</p> <p>Mais… elle <i>a</i> de la morphine.</p> <p>Soit on espère que l'arrêt de la morphine, ou une prise en charge très agressive du fécalome permettrait de sortir de l'impasse.</p> <p>Soit on ne l'espère pas et il ne reste plus qu'à augmenter la morphine jusqu'à assurer le confort, et tant pis pour le fécalome. Je dis bien : tant pis, car elle risque d'en mourir. Mais c'est ce qu'on nomme<a href="http://www.michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article87" class="spip_out" rel='nofollow external'>la règle du double effet</a>, qui nous autorise à prendre des risques, éventuellement insensés, pour assurer la paix de la personne, du moment qu'on fait tout ce qu'on peut pour limiter les inconvénients. C'est seulement du grand art, cela demande une grande pratique, d'où ma suggestion de mettre un médecin de soins palliatifs dans le circuit.</p> <p><i>Mon souhait et celui que j'ai promis à ma mère est de la défendre contre une mort douloureuse comme nous l'avons fait ensemble pour mon père avec l'écoute du médecin - mais c'était une autre situation -</i></p> <p>Et il le faut.</p> <p><i>Que peut-on faire pour alléger ses souffrances ? Que me conseillez-vous pour mieux communiquer avec le médecin ?</i></p> <p>Si j'ai bien compris la situation, et je vous redis que je suis ici, confortablement installé sous les pommiers d'une fermette dans le Perche, vous devez reconnaître que le médecin fait tout ce qu'il sait faire, et qu'il est aussi démuni que vous ; c'est là que prend tout son sens l'idée de recourir à un expert. Ce qu'il y a (peut-être) à faire ne s'invente pas.</p> <p><i>J'ai trop l'impression que parce qu'elle n'exprime aucune douleur et a perdu l'usage de toutes cordes vocales ses douleurs ne sont pas prises en considération</i>...</p> <p>Cela se produit ; mais j'ai tout de même le sentiment que vous avez affaire à une équipe consciencieuse, qui fait tout ce qu'elle peut. Mais la situation est telle qu'elle requiert l'utilisation de techniques très particulières.</p> <p><i>mon désarroi m'égare probablement</i>...</p> <p>Cela se peut aussi. Mais votre souffrance aussi fait partie du problème, et vous aussi, pour cette raison, avez besoin du soutien spécifique d'une équipe rompue à ce genre de problèmes, qui puisse vous aider à supporter une situation dont, alors, vous surestimeriez la gravité.</p> <p>Je reste à votre écoute.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2021-08-04T19:48:21Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment16990 2021-08-04T19:48:21Z <p>Bonsoir Docteur,<br class="autobr" /> Je suis désemparée devant l'état de ma mère 90 ans qui devient de plus en plus critique et surtout DOULOUREUX. Hébergée en USLS depuis 2016 elle a peu à peu perdu son autonomie <br class="autobr" /> A ce jour elle a une sonde vésicale depuis plus de 2 ans , ne marche plus depuis au moins 4 ans , ne parle plus depuis un an tout en gardant une capacité d'audition ce qui handicappe notablement la communication <br class="autobr" /> La situation s'est accélérée depuis 3 semaines : elle refuse de boire et de s'alimenter et vient de faire une infection urinaire qui a été traitée Il ya environ 10 jours elle a été amenée à l'hôpital pour une radio de l'abdomen qui a montré un fécalome haut A ce jour son traitement médicamenteux est le suivant : antidépresseur (elle en prend depuis des années ) laxatif et matrifen Perfusion quotidienne bien évidemment <br class="autobr" /> Quelques premiers lavements n'ont rien donné et ont été arrêtés <br class="autobr" /> Aujord'hui un autre petit lavement a dégagé quelques selles <br class="autobr" /> Ne pouvant plus parler ni exprimer une plainte ou gémissement je lis sur son visage grimaçant des signes de douleur manifeste Le médecin me dit ne pouvoir rien faire Il me semble avoir compris le mécanisme vicieux de la morphine qui est donc exclue dans ce cas. Je vois bien que la situation est critique <br class="autobr" /> Mon souhait et celui que j'ai promis à ma mère est de la défendre contre une mort douloureuse comme nous l'avons fait ensemble pour mon père avec l'écoute du médecin - mais c'était une autre situation - <br class="autobr" /> Que peut-on faire pour alléger ses souffrances ? Que me conseillez-vous pour mieux communiquer avec le médecin ?<br class="autobr" /> J'ai trop l'impression que parce qu'elle n'exprime aucune douleur et a perdu l'usage de toutes cordes vocales ses douleurs ne sont pas prises en considération ... mon désarroi m'égare probablement ... Ma mère est-elle condamnée à vivre ses derniers mois dans la soufrance ? <br class="autobr" /> Merci de votre réponse</p> Fecalome 2020-06-19T16:29:41Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment16714 2020-06-19T16:29:41Z <p>Bonjour, Gisèle.</p> <p>Vous m'en dites un peu plus, mais… pas encore assez. Je vais donc commenter votre message, en vous indiquant les questions que je me pose.</p> <p><i>Mon mari</i></p> <p>C'est déjà le premier problème : quel âge a-t-il ? Quel est son état de santé de base ?</p> <p><i>a eu un problème cardiaque le 16 avril pendant le confinement.</i></p> <p>Est-ce son premier problème cardiaque ? On ne va pas aborder la situation de la même manière selon qu'il s'agit d'un homme en pleine santé foudroyé par un trouble du rythme cardiaque ou d'un sujet polypathologique chez qui l'accident cardiaque n'est que la suite d'une succession de troubles plus ou moins graves.</p> <p><i>On lui a placé un pace maker et on lui a découvert un fécalome qui a été traité. Il est ressorti le 24 avril </i></p> <p>C'est une situation assez habituelle. Reste à savoir : <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Comment on a diagnostiqué le fécalome : c'est un terme souvent employé à tort. <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Comment il se fait que le fécalome se soit constitué si rapidement : le séjour n'a duré qu'une semaine. Le plus probable est que le fécalome existait déjà auparavant. Mais alors il faut se demander comment était son transit intestinal avant cet accident ; il faut se demander s'il était déshydraté, quels étaient les traitements qu'il prenait, quelle était son activité physique, enfin je ne vais pas vous réécrire tout ce j'ai déjà indiqué dans l'article que vous venez de lire.</p> <p><i>et a de nouveau été hospitalisé suite à des vomissements qui indiquaient un retour du fécalome.</i></p> <p>Combien de jours après ? Comment avait-on vérifié que le fécalome avait été totalement évacué ? Avec quel traitement laxatif était-il sorti ?</p> <p><i>Retour à la maison et le 13 mai réhospitalisation pour d'importants vomissements.</i></p> <p>Donc trois hospitalisations en un mois. Il me semble difficile d'imaginer qu'on n'ait pas exploré la situation à fond. Les médecins qui se sont occupés de votre mari ont certainement la réponse à votre question.</p> <p><i>On lui a placé une sonde naso-gastrique puis lavement et retour à la maison. Le soir même de son retour il avait du mal à respirer et il s'est avéré qu'il avait un œdème pulmonaire, séjour pendant lequel son problème même intestinal n'a pas été vraiment suivi.</i></p> <p>L'état cardiaque de votre mari est donc nettement moins bon qu'on pouvait le croire : le pace-maker n'a pas suffi à régler la question. Dans ces conditions il est illusoire de vouloir traiter le fécalome indépendamment de l'ensemble des autres problèmes. Je crois que nous n'avons qu'une vue partielle de la situation, et que c'est à un tour d'horizon complet qu'il faut procéder.</p> <p><i>Retour à la maison, et là, horreur, le lendemain il s'est mis à s'agiter et avoir l'esprit confus. Donc retour à l' l'hôpital où une infirmière m'apprend que les fécalomes pouvaient donner ce genre de problèmes !</i></p> <p>L'infirmière a raison. Mais dans ce contexte il est indispensable de regarder toutes les causes de confusion mentale : par exemple les fécalomes peuvent donner ce genre de problème, mais les décompensations cardiaques aussi…</p> <p><i>Il est toujours hospitalisé, avec un jour en forme et le suivant pas.</i></p> <p><i>On lui fait des lavements, il évacue mais a perdu depuis longtemps sa mobilité et de plus a une sonde urinaire car son fécalome avait une influence sur sa vessie.</i></p> <p>En effet. Mais si le fécalome est évacué on doit pouvoir retirer la sonde. Cela dit le fait qu'il soit plus ou moins confiné au lit n'est pas une bonne nouvelle.</p> <p><i>Les médecins veulent l'envoyer dans une maison de convalescence et je ne sais toujours pas si le fécalome peut récidiver.</i></p> <p>Si la ou les causes restent inconnues ou non traitées, oui, bien sûr.</p> <p><i>Comment faire pour ne pas que ça recommence.</i></p> <p>Il faut avant tout traiter les causes. Il faut aussi le remettre debout. Quand tout cela est fait on peut mettre en place un traitement laxatif avec de bonnes chances de succès.</p> <p><i>Quand sait-on qu'un fécalome a complètement disparu ?</i></p> <p>Il n'y a pas de secret : si les lavements ne ramènent plus de selles, et si le transit est redevenu normal, on peut se rassurer. Mais pour votre mari c'est tout le problème de sa santé qu'il faut envisager complètement.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Fecalome 2020-06-19T11:03:32Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment16712 2020-06-19T11:03:32Z <p>Merci de votre attention.<br class="autobr" /> Mon mari a eu un problème cardiaque le 16 avril pendant le confinement.On lui a placé un pace maker et on lui a découvert un fecalome qui a été traité.Il est ressorti le 24 avril et a de nouveau ete hospitalisé suite à des vomissements qui indiquaient un retour du fecalome.Retour à lamaison et le 13 mai rehospitlisation pour d'importants vomissements.On lui a placé une sonde naso gastrique puis lavement et retour à la maison.Le soir même de son retour il avait du mal à respirer et il s'est avéré qu'il avait un oedème pulmonaire,séjour pendant lequel son problème même intestinal n'a pas été vraiment suivi.Retour à la maison,et là,horreur,le lendemain il s'est mis à s'agiter et avoir l'esprit confus.Donc retour à l' l'hôpital où une infirmière m' apprend que les fecalomes pouvaient donner ce genre de problèmes !, Il est toujours hospitalisé, avec un jour en forme et le suivant pas.On lui fait des lavements ,il évacue mais a perdu depuis , longtemps sa mobilité et de plus a une so de urinaire car son fecalome avait une influence sur sa vessie.Les médecins veulent l'envoyer dans un maison de convalescence et je ne sais toujours pas si le fecalome peut récidiver.Comment faire pour ne pas que ca recommence.Quand sait on qu'un fecalome a coup,element disparu ?<br class="autobr" /> Merci de votre attention</p> Fecalome 2020-06-05T08:58:21Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment16697 2020-06-05T08:58:21Z <p>Bonjour, Gisèle.</p> <p>Je ne demande pas mieux que de vous aider mais... vous ne me donnez aucun élément.</p> <p>On ne peut pas raisonner sur un fécalome si on n'a pas la moindre idée de l'état du patient. D'autre part j'imagine bien que quand il a eu son premier fécalome les médecins se sont posé la question. Que vous ont-ils dit ?</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Fecalome 2020-06-04T17:01:48Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment16696 2020-06-04T17:01:48Z <p>Mon mari âgé de 81 ans a eu un fecalome fin avril</p> <p>et depuis ça récidive. Quelles peuvent en être les raisons ?</p> Les troubles du transit en gériatrie 2019-09-06T08:22:56Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment16331 2019-09-06T08:22:56Z <p>Bonjour, et merci de ce message.</p> <p>Mais il me semble difficile de vous aider : j'ai trop peu d'éléments pour faire autre chose qu'imaginer, ce qui est toujours très risqué.</p> <p>Ce qui me semble certain c'est que vous avez eu affaire à une situation grave : chez une très vieille personne toute maladie un peu sévère peut toujours faire basculer une situation. Et du fait que nous avons des moyens thérapeutiques puissants on en vient trop souvent à croire qu'une infection urinaire n'est qu'une petite affaire ; ce n'est nullement le cas.</p> <p>Ici nous voyons que cette infection a été la cause d'un séjour au lit de trois semaines. Mais on ne reste pas au lit trois semaines pour ça. Il faut donc envisager quatre hypothèses : <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Cette infection urinaire était particulièrement grave : germe résistant, abcès du rein, septicémie associée… <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> L'infection a déclenché une cascade de complications qui a assombri le pronostic. <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> L'état préexistant de votre mère n'était pas bon. <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Ce n'est pas l'infection urinaire qui a provoqué cette catastrophe.<br class="autobr" /> Bien entendu je ne peux absolument pas dire ce qu'il en a été.</p> <p>Vous parlez ensuite d'un trouble du transit. C'est malheureusement bien banal, et les fécalomes sont souvent la rançon d'un décubitus prolongé ; il n'est pas si facile d'en venir à bout, et le plus probable est qu'il y avait un intestin très encombré, de sorte que la partie que vous avez pu enlever n'était qu'un fragment. Mais que fallait-il faire ? Sûrement pas des examens, radio ou échographie, puisqu'on savait à quoi on avait affaire. Multiplier les lavements ? Sans doute, à condition que l'état de la malade le permette. Or il semble que les choses ont évolué très vite, et je comprends que les soignants se soient tenus sur la réserve.</p> <p>Ce qui me semble évident c'est deux choses : <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> La première est que les conséquences d'une infection urinaire, même bien soignée, peuvent être catastrophiques : il faut que le malade ait les moyens de s'en remettre. Je n'ai aucun argument pour dire qu'il faut chercher plus loin. <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> La seconde est qu'on peut toujours se dire qu'il y a eu autre chose : rien de plus efficace, par exemple, qu'un cancer des voies urinaires pour provoquer une infection. Je ne vous dis pas ça parce que j'y crois, ce n'est qu'un exemple. Et alors la question se pose de savoir ce qu'on aurait fait. Pour ma part, dans une telle situation, je n'aurais certainement pas cherché un cancer que je n'aurais pas eu les moyens de soigner.</p> <p>Non, franchement, je ne crois pas qu'il se soit passé quelque chose d'anormal. Ce qui vous arrive c'est que vous êtes en deuil, et on sait bien que dans le deuil on croit qu'il serait moins pénible à supporter si on comprenait, ou si on trouvait un coupable, bref si on avait le moyen de se dire que les choses auraient pu ne pas se produire ; trouver un coupable c'est entretenir l'illusion que la mort n'est pas la patronne, qu'il y a toujours moyen d'y échapper. Cette illusion est un processus normal, qu'il faut accueillir et laisser se dérouler, mais sans au fond en être dupe…</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2019-09-03T22:54:51Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment16330 2019-09-03T22:54:51Z <p>bonjour dr ma mere agé de 90ans aprés un decubtus de 20jours ATB durant 20jours pour une infection urinaire elle a fais un gonflement de ventre et douleurs a l'alimentation ,sonde rectale qui l'a soulagé un peu et re gonflement lavement par l'infirmière rien j'ai du lui enlevé un petit fecalome a la main mais ca ne l'a pas soulagé j'ai demandé qu'on lui fasse une Echographie ou rx rien n'a eté fais et elle est morte peu aprés 4jours suite a un coma de deux jours faisait elle une occlusion ?JE SS MEURTRI.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2019-07-08T19:18:35Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment16220 2019-07-08T19:18:35Z <p>Bonsoir, et merci de ce message.</p> <p>Le problème malheureusement n'est pas simple, et je ne suis pas du tout sûr de pouvoir vous aider. Car non seulement il faut effectivement se demander si la plainte de votre mère est liée à la démence, mais il faut s'assurer qu'il n'y a pas un réel trouble du transit. Les deux choses sont aussi difficiles l'une que l'autre.</p> <p>Ce qui apparaît en effet c'est que depuis son retour de l'hôpital elle présente un problème de selles. Elle a fait une infection urinaire : infection urinaire et troubles du transit sont liés, soit que l'infection en provoque, soit que la constipation engendre des infections urinaires. Ce qu'il semble c'est qu'on a traité un fécalome bas situé ; il y en avait donc un, et le plus probable (mais peu importe) est que c'est ce dernier qui a provoqué l'infection.</p> <p>La diarrhée qui a suivi est probablement provoquée par le fait que quand on administre un lavement on doit s'attendre à dépasser le but, et à avoir un épisode diarrhéique. Mais d'un autre côté si le fécalome, contrairement à ce qu'on a cru, n'a pas été totalement évacué, la persistance de selles dures dans le côlon est un facteur irritant qui suffit souvent à provoquer des selles liquides : c'est la fausse diarrhée. Ce qui y fait penser c'est l'épisode que vous avez noté récemment, longtemps après le lavement.</p> <p>Il faudrait donc en avoir le cœur net, par exemple en faisant un autre lavement (ce qui n'est pas simple à domicile), ou en réexaminant la situation (une simple radio de l'abdomen suffit souvent).</p> <p>Ce n'est que si on ne trouve rien qu'il restera l'hypothèse de la démence. On serait alors dans une grande difficulté car rien n'est plus tenace que ces idées fixes quand elles sont entrées dans la tête d'un dément. Il n'y a pas d'autre issue que la patience, et je sais bien à quel point c'est infernal ; en tout cas il ne sert à rien de la sermonner, cela ne fonctionne pas. On pourrait songer à traiter l'angoisse, mais c'est toujours dangereux chez ces patients, et je préférerais apprendre qu'on ne l'a pas fait.</p> <p>Je suis conscient de ne pas vous aider beaucoup…</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2019-07-08T12:12:35Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment16219 2019-07-08T12:12:35Z <p>Bonjour Docteur,</p> <p>Ma mère est âgée de 94 ans et elle souffre de démence, d'anxiété, désorientation, perte de la mémoire immédiate, elle se plaint d'avoir besoin d'aller à la selle toutes les 5 minutes. Elle y va ou plutôt on l'aide à y aller et elle ne fait rien. Quelques minutes plus tard, elle demande à nouveau à y aller. Souffrant d'une infection urinaire, elle avait été hospitalisée une dizaine de jours et est rentrée au domicile jeudi, l'hôpital a dit qu'elle était guérie.Elle y avait eu un lavement à cause d'un bouchon, puis elle a eu de la diarrhée, enfin le médecin a dit qu'elle pouvait rentrer. Avant hier, elle a de nouveau eu la diarrhée, et maintenant elle ne fait plus rien. Le médecin traitant ne dit rien. Nous ne savons que faire suite à ses demandes répétées de se lever pour aller à la selle, toutes les 5 minutes. Que pouvons-nous faire ? Une de mes sœurs dit que c'est sa démence qui lui fait réclamer d'aller sans cesse sur les toilettes et lui en fait repproche. Je ne le pense pas. Merci pour votre aide et vos conseils.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2019-06-20T19:19:03Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment16204 2019-06-20T19:19:03Z <p>Bonsoir, Maria.</p> <p>Il n'est jamais facile de prendre ce genre de décision. Le problème est celui du rapport bénéfice/risque : Que peut-on espérer ? Quel est le danger ?</p> <p>On a raison de proposer une coloscopie si on peut espérer qu'on va pouvoir poser le diagnostic d'une maladie accessible à un traitement. Il ne servirait à rien de rechercher une maladie pour laquelle on n'aurait rien à proposer ; il serait hasardeux de faire une coloscopie si on avait un moyen plus simple de parvenir au même résultat ; etc. Dans le cas de votre mère, je suppose que les examens de selles indispensables ont été faits et n'ont pas apporté de solution. On n'a pas d'argument pour une infection, il n'y a pas d'erreur diététique majeure, on s'est donc orienté vers l'hypothèse d'une diarrhée fonctionnelle, avec deux hypothèses principales (il y en a d'autres) : les tumeurs et les colites inflammatoires. Or il vaut la peine de vérifier ces deux hypothèses. Mettons les choses au pire : un cancer du côlon aurait toute chance d'être parfaitement opérable, même avec un trouble cardiaque, même à 87 ans ; une colite inflammatoire est le plus souvent accessible à un traitement relativement simple ; d'autres causes peuvent être imaginées. La proposition est donc réaliste.</p> <p>Le danger n'existe pas vraiment. Bien sûr la coloscopie est un geste médical, et même entre les meilleures mains il existe un taux de complications ; je ne sais pas où en sont les chiffres mais on parlait d'une complication pour 10 000 coloscopies. Par contre la présence d'une arythmie n'a aucune raison de majorer le risque, et en arrêtant les anticoagulants on ramène le risque hémorragique à celui de la personne normale. Au fond le seul danger est que, justement, le traitement anticoagulant n'est pas donné pour rien, et qu'il faut donc accepter que la malade soit, pendant quelques jours, sans protection.</p> <p>Il est donc probablement légitime de proposer cette coloscopie ; ou pour le dire autrement il serait déraisonnable de ne pas la proposer : c'est de loin la stratégie la plus susceptible de fournir la clé du problème.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2019-06-14T08:36:58Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment16199 2019-06-14T08:36:58Z <p>Bonjour Docteur,</p> <p>Ma mère de 87 ans souffre depuis plusieurs mois de diarhées, selles liquides. Elle n'a pas été hospitalisée, mais elle prend beaucoup de médicaments pour des anticoagulants pour des problèmes cardiovasculaires et pour le coeur (arythmies). Malgré une prise de méd pour équilibrer la flore instestinal, la diahrée persistant, on lui a prescrit une coloscopie. Cela demande l'arrêt progressif du traitement anticoagulant. Compte tenu de la problématique médicale , des risques importants d'hémorragie, de l'anxiété que cet examen lui procure, pensez-vous qu'une coloscopie soit vraiment utile pour des patients de cet âge avec des problèmes cardiovasculaires.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2018-12-31T17:40:31Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment15964 2018-12-31T17:40:31Z <p>Bonsoir, et merci de ce message.</p> <p>Vous me demandez l'impossible : si la médecine pouvait se faire sur Internet, c'est que les choses seraient simples, si simples que vous n'auriez même pas besoin de me poser la question.</p> <p>Ce que je lis, c'est que vous êtes confrontée à une constipation récente. Il est donc beaucoup trop tôt pour vous inquiéter et, surtout si vous n'avez jamais eu d'ennuis de ce côté, la seule chose à faire est de vérifier quelques points de bon sens : avez-vous diminué votre ration de légumes ? Votre ration d'eau ? Votre activité physique ? Prenez-vous un traitement nouveau ?</p> <p>Si vous n'avez pas de réponse de ce côté, et si je dois conclure sur les seuls éléments que vous apportez, je supposerais (mais ce n'est qu'une supposition) que la constipation serait plutôt terminale : votre intestin fabrique suffisamment de selles, mais il y a un problème d'évacuation. Le plus simple serait de prendre un lubrifiant, comme l'huile de paraffine.</p> <p>D'habitude les choses se normalisent rapidement.</p> <p>Si par contre ce n'était pas le cas, mettons d'ici une autre quinzaine de jours, alors il faudra consulter. Car il peut y avoir des diagnostics importants à faire, et il n'est pas bon de prendre sur la durée des laxatifs qui peuvent avoir des effets indésirables.</p> <p>Mais le plus probable est que tout va s'arranger très simplement, et que vous ne saurez jamais ce qui a bien pu se passer.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2018-12-31T15:45:13Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment15963 2018-12-31T15:45:13Z <p>Bonjour,</p> <p>Je suis depuis une quinzaine de jours gênée par une modification durable des selles exonérées en petites quantités, 1 à 3 fois dans la journée, sous forme de billes ( de la grosseur d'une bille à celle d'un calot) dont certaines flottent à la surface de l'eau de la cuvette, et une envie persistante de déféquer que je ne parviens pas à satisfaire.</p> <p>78 ans, une alimentation en principe équilibrée quoique sans doute un peu insuffisante en céréales et féculents, la consommation journalière de 1,5 litre d'eau (dont hépar).</p> <p>Généralement j'avais un fonctionnement exonératoire satisfaisant (1 à 3 fois/jour) avec quelques épisodes diarrhéiques occasionnels 1 à 2 fois/mois.</p> <p>Merci pour votre réponse.</p> Les troubles du transit en gériatrie,selles tres fréquents 2018-12-26T08:46:47Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment15953 2018-12-26T08:46:47Z <p>Bonjour, Meriem.</p> <p>Malheureusement votre problème est très difficile, et je ne suis pas du tout sûr de pouvoir vous aider, surtout en n'ayant pas vu la situation.</p> <p>La première chose à faire est de remarquer que le problème comprend deux questions.</p> <p>Il y a en effet le fait que votre père a des selles trop fréquentes. Je ne peux naturellement pas en dire quoi que ce soit, cela impose un examen médical. Tout au plus, si je n'avais que ces éléments, je dirais que chez un sujet grabataire il faut avant tout envisager est fécalome : on ne dira jamais assez que dans ces circonstances la première cause de diarrhée est la constipation. Cela, si j'avais raison, serait sans doute assez facile à régler, et il se pourrait qu'ainsi on arrange notablement la situation. Encore faudrait-il que j'aie raison, et rien ne le prouve.</p> <p>Mais il y a aussi le fait que, de toute manière, le comportement de votre père est inadapté. Là nous sommes beaucoup plus démunis, et surtout on ne peut rien dire tant qu'on n'a pas pratiqué un bilan intellectuel approfondi : il faut hélas garder en tête que l'hypothèse à privilégier est celle d'une démence évoluée. Si j'ai raison il n'y a aucune solution, sauf à pratiquer des contentions. Et à réduire la fréquence des selles, ce qui revient à espérer qu'il y a effectivement un fécalome.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie,selles tres fréquents 2018-12-24T05:30:25Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment15950 2018-12-24T05:30:25Z <p>Bonjour docteur,<br class="autobr" /> S'il vous plaît,mon papa âgé de 87 ans,couchée au lit,son problèmes et le selles très fréquents au moins 8 fois par jour,jours et nuit,et sur tous il le laissé pas dans sont couche,il l'enlève avec ses mains et il le jette par tous dans la chambre, excuse moi je cherche a savoir quoi comme problèmes et que faire pour le soigné,merci de me donnée une</p> <blockquote class="spip"> <p><a href="bensaidmeriem@yahoo</quote><br class='autobr' rel='nofollow' /> <.fr" class="spip_url">bensaidmeriem@yahoo</quote><br class="autobr" /> ...</a>réponse</p></blockquote> Les troubles du transit en gériatrie 2018-11-04T09:54:03Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment15899 2018-11-04T09:54:03Z <p>Non : nous n'en savons rien, et n'en saurons sans doute jamais rien. Trop d'hypothèses sont envisageables en effet, je vous en cite quelques-unes, juste pour le fun : <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Votre mère combattait la douleur par une attitude antalgique. Cette attitude revient parce que la douleur revient ; la constipation est cause de tout. <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Il y a un problème vertébral , qui s'aggrave épisodiquement ; cela induit une mauvaise position et la compression qu'elle entraîne au niveau abdominal gêne le transit ; la constipation est une conséquence, pas une cause. <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> On se trouve dans un de ces cas où trouble vertébral et trouble digestif sont, mystérieusement, corrélés sans que la mécanique y soit pour quelque chose. <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Pendant son hospitalisation on a rééduqué son dos. Mais c'était à une époque où on pouvait encore la rééduquer efficacement. <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Le hasard. <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Etc...</p> <p>Je crains que personne ne puisse vraiment expliquer cette situation. C'est le cas le plus fréquent, et si les gériatres ne disaient que ce dont ils sont sûrs ils ne parleraient pas très souvent.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2018-11-04T09:45:57Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment15898 2018-11-04T09:45:57Z <p>Bonjour, Pascal.</p> <p>La situation que vous décrivez est malheureusement assez classique, et difficile à traiter.</p> <p>Il y a plusieurs explications à envisager. Bien entendu, comme vous le soulignez, je n'ai aucun moyen de savoir laquelle est la bonne (à supposer qu'il n'y en ait qu'une).</p> <p>La plus simple, la plus évidente, la plus vraisemblable, est la constipation. Elle fait partie du tableau de la maladie de Parkinson, et sa prise en charge n'est jamais facile. Mais bien entendu cela ne permet pas d'exclure d'autres causes de constipation : c'est bien pourquoi le gastro-entérologue a préconisé toute cette imagerie, attitude qui n'aurait aucun sens si on avait été sûr que le Parkinson est en cause.</p> <p>Mais ce trouble du transit peut être lié aussi à la grabatisation progressive de votre mère. Au fond ce n'est qu'une variante du problème précédent.</p> <p>On peut aussi envisager une douleur liée à la mauvaise posture. J'y crois nettement moins, et c'est heureux car si c'était le cas on n'aurait guère de solution réaliste : il est illusoire de chercher à redresser une vieille personne parkinsonienne. Tout au plus il existe des gens, notamment chez les ostéopathes, qui croient pouvoir faire un lien entre certains troubles digestifs et certains troubles vertébraux. Je n'ai pas d'opinion sur ce point, mais cela peut, moyennant une grande prudence, se tester.</p> <p>Non : je crois qu'il faut en rester à une constipation liée à un trouble de la commande nerveuse de l'intestin, comme on le voit couramment dans le Parkinson.</p> <p>Je n'ai jamais eu l'occasion d'utiliser le Clébopride. Une rapide recherche sur le net montre qu'il s'agit d'un médicament qui agit par un effet antagoniste de la dopamine. Cela me pose question car le Parkinson est lié, précisément, à un manque de dopamine. Mais comme je ne trouve nulle part de contre-indication, je suis porté à conclure que le clébopride fait partie de ces drogues qui ne peuvent pas passer dans la circulation cérébrale. N'importe : il suffit de poser la question au médecin, il vous dira des choses plus sensées que mes hypothèses.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2018-11-03T19:39:28Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment15897 2018-11-03T19:39:28Z <p>Bonjour docteur,</p> <p>J'écris pour faire état des douleurs abdominales qu'éprouve ma maman âgée de 83 ans, dans l'espoir d'avoir votre avis et éventuellement un conseil ou suggestions. Et en faire profiter d'autres patients si possible.<br class="autobr" /> Son ventre est gonflé et dur. Sa cage thoracique exerce une pression sur celui-ci qui est fort douloureuse.<br class="autobr" /> Elle se tient de plus très fortement penchée vers la gauche et n'arrive plus à se redresser (douleurs cervicales).<br class="autobr" /> A noter qu'elle souffre de Parkinson et prend des médicaments pour cela.<br class="autobr" /> Elle est suivie par un gastro-entérologue qui lui a fait passer divers examens, gastroscopie, coloscopie, scanner (a dû être interrompu suite à la Parkinson, tremblements et le bruit dans appareils auditifs insupportables). <br class="autobr" /> Si je comprends bien la conclusion du gastro-entérologue est que le processus de digestion est trop ralenti et il souhaite corriger cela par voie médicamenteuse grâce donc au clebopride. Un premier médicament qu'il lui avait prescrit pour réactiver les voies digestives (dont je ne retrouve plus le nom) l'avait complètement assommée et affaiblie musculairement la rendant totalement amorphe et très fatiguée), elle a dû arrêter.<br class="autobr" /> Qu'en pensez-vous, même si à distance il vous est bien entendu impossible de faire un diagnostique.</p> <p>Par avance merci de votre retour.</p> <p>Cordialement.<br class="autobr" /> Pascal</p> <p>En résumé sa médication complète :<br class="autobr" /> Mme D. : 16/12/1935 (83 ans)</p> <p>Prend au 1/11/2018 <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Bisoprolol (cœur de son insuffisance cardiaque)<br class="autobr" /> 2x 5 mg/jour <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Preterax 5 mg/1,25 mg (tension)<br class="autobr" /> 1x 1,25 le matin <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Prolopa 125 (parkinson)<br class="autobr" /> 2 à 3 /jour <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Pantomed 20<br class="autobr" /> 1x/jour le matin avant le repas (petit ulcère) <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Clozan 5 mg ½ vers 2H du matin quand elle ne dort pas</p> <p><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> On vient de lui prescrire : (en attente pour l'obtenir à la pharmacie)</p> <p>Clebopride 560 (stimulant de la motricité intestinale) 3x/jour<br class="autobr" /> ( metoclopramide)<br class="autobr" /> lu dans la notice qu'il y a des effects secondaires….pour ceux qui ont des troubles du mouvement/parkinson</p> <p>Compléments alimentaires pris quotidiennement :<br class="autobr" /> Glucosamine<br class="autobr" /> Probactiol plus<br class="autobr" /> Metarelax<br class="autobr" /> Vit E<br class="autobr" /> Curcuma 1x/jour</p> Les troubles du transit en gériatrie 2018-11-03T14:51:56Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment15896 2018-11-03T14:51:56Z <p>Bonjour docteur. <br class="autobr" /> Un tout grand merci pour votre aide et la rapidite avec laquelle vous avez traite ma demande.<br class="autobr" /> Je comprends mieux je pense la situation et je vais contacter le gastro enterologue ou ma maman elle-meme afin de poser quelques questions encore quand a un eventuel effet indesirable du nouveau medicament evoque sur la Parkinson de ma maman.<br class="autobr" /> A noter que suite a une forte constipation ma maman avait du etre hospitalisee. Elle etait deja fort penchee. Rentree de revalidation elle se tenait droite et cela a dure environ une bonne annee avant qu'elle soit a nouveau de plus en plus penchee et le ventre plus gros et plus dur. Nous ignorons ce qui avait retabli la situation, nous n'avons jamais eu de reponse clairea ce sujet. Serait-ce grace aux lavements ?<br class="autobr" /> Nb. : merci si possible de mettre Madame D. au lieu du nom complet de ma maman svpl.</p> <p>Encore un tout grand merci pour votre action.</p> <p>Cordialement,<br class="autobr" /> Pascal</p> Les troubles du transit en gériatrie 2018-02-20T19:52:37Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment15543 2018-02-20T19:52:37Z <p>Bonjour, Nadia.</p> <p>Je ne peux rien vous dire de précis : si la médecine pouvait se faire sans avoir vu le malade, c'est que les problèmes dont elle traite seraient si simples que vous n'auriez pas besoin de moi pour les résoudre.</p> <p>Or nous ignorons tout de ce qu'il faudrait savoir. <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> A quand remontent ses dernières selles ? <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Quel est son fonctionnement intestinal habituel ? La situation n'est pas la même selon qu'on a affaire à quelqu'un qui n'a jamais eu aucun problème de transit ou qu'au contraire il s'agit d'un constipé habituel. <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Où en est sa cirrhose ? A première vue elle ne va pas parfaitement bien, car il y a de l'ascite. Là aussi il faut faire le point, et se demander notamment si son inconfort vient davantage de la constipation ou davantage de la cirrhose. <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Quels traitements ont-ils été mis en œuvre ? La prise en charge d'une constipation suppose un examen, un raisonnement, une prescription. <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Comment peut-on évaluer la responsabilité, dans ce trouble, de l'hospitalisation ? <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Quels sont ses apports hydriques ? <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Pourquoi ne bouge-t-elle pas ? Que fait-on dans ce domaine ? <br class="autobr" /> Etc…</p> <p>Il y a évidemment quelque chose à faire : on ne peut pas se satisfaire de cette situation. Encore faut-il trouver le médecin qui va la prendre en charge de manière réfléchie et persévérante.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2018-02-20T16:58:48Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment15542 2018-02-20T16:58:48Z <p>Bonjour, m'a maman à 73 ans elle a une cirrhose hépatite c et viens d'avoir un TAVI (remplacement d'une valve aortique). Depuis 2 mois elle a eu plusieur infection urinaire et ventre très gonfler. Les médecins lui ont prescrit plusieurs laxatif mais rien. Il y a 1 semaine il lui on fait une ponction d'1 litre d'ascite. Aujourd'hui aucun résultat au niveau selle ventre très gonflé. Ce qui l'empêche de reprendre des forces. Elle ce laisse allé na plus de force. Les médecin me disent quelle a de l'aire et une constipation du faite qu'elle ne bouge pas beaucoup. Elle souffre beaucoup de son ventre énorme. Merci de me dire s'il y a rien à quelque chose à faire. Elle a beaucoup d'idée noir et commence à faire une dépression pour ne rien arrangé. Merci pour vos conseilles.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2017-10-16T15:50:57Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment15366 2017-10-16T15:50:57Z <p>Bonjour, Élisabeth.</p> <p>Je ne peux pas vous répondre grand-chose : il faudrait avoir le dossier, et avoir vu la malade.</p> <p>Tout ce que je sais c'est que cette situation me semble assez ordinaire. Cela qui ne veut nullement dire qu'elle n'est pas grave, je crois même qu'il serait imprudent de se rassurer trop vite ; mais il serait tout aussi imprudent de s'inquiéter.</p> <p>Nous avons affaire à une dame qui commence à être âgée (mais quel était son état antérieur ?) et qui sort d'un épisode aigu suffisamment sérieux pour avoir nécessité une hospitalisation. On sait qu'il existe toujours un risque pour que ce type de malade, même guéri, ait du mal à retrouver un état normal, et parfois ne le retrouve jamais. C'est sans doute pourquoi les médecins jouent la carte de la convalescence, mais le mieux serait de leur poser la question. Beaucoup se joue dans votre histoire sur la qualité de votre relation avec eux. Je ne m'arrêterais pas à demander des résultats d'analyse qui ne vous montreraient rien de particulier, ce n'est pas la question ; et je ne vois pas davantage pourquoi on vous cacherait quelque chose : il arrive (même si c'est <i>toujours</i> une erreur) qu'on répugne à informer le malade ; il arrive qu'on juge que les proches n'ont pas à savoir le détail d'une situation (le secret médical est une chose importante) ; mais dans le cas présent je ne trouve pas d'argument pour qu'on ne vous dise pas ce qu'il en est. Les choses sont donc comme vous les décrivez.</p> <p>La dépression, si elle existe, suffit à expliquer la situation, et si c'est le cas il faut traiter car l'effet des antidépresseurs peut être long à se manifester, et le temps presse. Le reste est affaire de gestion gériatrique.</p> <p>Il y a des infections urinaires à répétition ; on sait la difficulté d'en venir à bout, mais il est exceptionnel que cela donne lieu à des situations graves. Il en va de même des diverticules : certes ils peuvent s'infecter et ces infections sont redoutables, mais j'ai du mal à imaginer qu'un médecin placé devant ce cas ait oublié d'y penser ; il faut donc mettre cela entre parenthèses et, si l'on le veut, faire le point quand tout ira bien.</p> <p>Bref, sur ce que vous écrivez je crois pas qu'il y ait autre chose à faire qu'une convalescence en milieu gériatrique, en essayant de rétablir les choses le plus rapidement possible avant qu'elles ne dégénèrent. C'est ce vers quoi on semble s'orienter. Mais vraiment, demandez un entretien avec l'équipe médicale.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2017-10-16T15:33:09Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment15365 2017-10-16T15:33:09Z <p>Bonjour,<br class="autobr" /> Ma mère âgée de 85 ans, a été hospitalisée pour déshydratation (alors qu'elle buvait 1l1/2 d'eau par jour) avec diarrhée aigüe liquide plusieurs fois par jour accompagnée d'une infection urinaire à répétition malgré les antibiotiques. Ces symptômes durent depuis quelques années.</p> <p>En dehors de prélèvements de selles et d'ECBU dont nous n'arrivons pas à avoir les résultats à l'hôpital, rien a évolué.</p> <p>Elle n'a plus faim et une dépression s'est greffée sur cette situation non traitée sérieusement.A présent ses selles liquides sont blanchâtres et elle souffre toujours en urinant (brulûres).</p> <p>Je vous signale également que depuis une vingtaine d'années des diverticules avaient été trouvées. Depuis elle n'a plus jamais eu de coloscopie.</p> <p>Aujourd'hui elle vient d'être transférée en maison de convalescence sans amélioration.</p> <p>Je commence à me demander si l'on ne veut pas nous dire ce qu'elle a réellement. <br class="autobr" /> Merci de me donner votre avis dans la mesure du possible</p> Les troubles du transit en gériatrie 2017-06-19T17:30:39Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment15252 2017-06-19T17:30:39Z <p>Bonjour, Patricia.</p> <p>Votre position est de bon sens, et il faudrait que vos collègues se demandent pourquoi elles font ce qu'elles font. Il y a des cas où elles agissent ainsi pour s'économiser la peine de faire des changes, mais très souvent elles n'ont même pas réfléchi à la question.</p> <p>Le problème est que ces pratiques irrationnelles ont la vie dure (« On a toujours fait comme ça »), et que vous n'obtiendrez rien sans une réflexion d'équipe.</p> <p>Que dit votre cadre ?</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2017-06-16T14:53:11Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment15245 2017-06-16T14:53:11Z <p>Bonjour Docteur,</p> <p>Je travaille de nuit en EHPAD, et en ce qui me concerne, j'essaie de respecter le sommeil des Résidents, dans le sens où j'évite de les réveiller si ils DORMENT !!!</p> <p>Alors, est il normal, qu'à 20H30, on leur administre un normacol où un microlax ????</p> <p>Perso, en ayant toute ma tête, valide,et constipée (et il faudrait pouvoir dire que l'on est vraiment constipé) je ne prendrais rien avant de me coucher...</p> <p>J'arrive à 21h, et on me dit çà Pffffff......</p> <p>Il est évident que la personne sera gênée.... (Parfois non).</p> <p>Je ne sais plus quoi dire pour faire comprendre que la nuit est faite pour dormir et non pour évacuer des selles !!!</p> <p>je suis fatiguée de dire qu'il faut respecter le rythme de la personne et pas celui de la planification ..</p> <p>Que faire, suis je trop dans le trop ?</p> <p>Merci de me donner votre avis afin de pouvoir évoluer dans le bon sens ; je parle de moi.</p> <p>PS : merci pour l'info, j'ai compris comment poser ma, mes questions sur le forum</p> <p>MERCI</p> Les troubles du transit en gériatrie 2017-06-04T07:05:41Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment15218 2017-06-04T07:05:41Z <p>Bonjour, Sophie.</p> <p>Vos deux questions appellent des réponses évidentes.</p> <p><i>Est ce que je peux demander au gériatre qui suit ma mère de se mettre en relation avec le gériatre qui intervient à l'accueil de jour pour expliquer le ceci du cela</i>.</p> <p>La coordination de la prise en charge est une obligation pour tout médecin. Si donc le gériatre hospitalier ne prend pas l'initiative de contacter son confrère, c'est qu'il ne le juge pas nécessaire. Mais rien ne s'oppose à ce que vous lui posiez la question.</p> <p><i>Est ce que l'on peut demander que ma mère continue à être suivie par le gériatre "du cancer"</i></p> <p>Même remarque, la réponse est évidente : vous pouvez demander la continuation de ce suivi. C'est au médecin concerné qu'il appartient d'accepter ou non.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2017-06-03T06:15:27Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment15207 2017-06-03T06:15:27Z <p>Bonjour Docteur Cavey,</p> <p>" ... Mais il me semble que si vous recherchez des éléments susceptibles de nuancer la position des soignants, c'est le gastro-entérologue qui peut vous les donner...3</p> <p>Lundi dernier nous avions RV avec le gériatre qui suit ma mère dans le cadre de sa prise en charge pluridisciplinaire de son cancer. Le cadre de cette prise en charge prévoit 3 RV avec le gériatre et le RV de lundi était le dernier.</p> <p>Le gériatre a trouvé bonne l'initiative de l'accueil de jour mais ma mère lui a dit qu'elle ne voulait pas y retourner car elle avait le sentiment de déranger les autres patients quand elle demandait d'aller à la selle pendant le temps de sieste ou de repos après le déjeuner.</p> <p>deux questions</p> <p>Est ce que je peux demander au gériatre qui suit ma mère de se mettre en relation avec le gériatre qui intervient à l'accueil de jour pour expliquer le ceci du cela. Je vous pose la question car si il y a une chose que la prise en charge du cancer de ma mère m'a enseigné, les différents médecins n'aiment pas trop que les autres marchent sur leur plates bandes ?</p> <p>Est ce que l'on peut demander que ma mère continue à être suivie par le gériatre "du cancer" même si nous avons " soldé" les 3 RV prévus car le courant passe très bien avec ma mère. Le gériatre qui suivait ma mère avant son cancer a pris sa retraite juste au moment où son cancer a été diagnostiqué ?</p> <p>Merci,<br class="autobr" /> Sophie</p> Les troubles du transit en gériatrie 2017-05-28T17:28:22Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment15187 2017-05-28T17:28:22Z <p>C'est une situation extrêmement classique de débat entre une équipe soignante et des proches, les premiers étant sensibles à l'anxiété des seconds et les seconds craignant que les premiers ne sous-estiment la situation. Je n'ai pour ma part aucun moyen d'entrer dans ce débat. Mais il me semble que si vous recherchez des éléments susceptibles de nuancer la position des soignants, c'est le gastro-entérologue qui peut vous les donner.</p> <p>Sur les rectites radiques, voyez par exemple : <a href="http://www.fmcgastro.org/postu-main/archives/postu-2007-lyon/traitement-des-rectites-radiques-chroniques-hemorragiques-les-forces-en-presence/" class="spip_out" rel='nofollow external'>http://www.fmcgastro.org/postu-main/archives/postu-2007-lyon/traitement-des-rectites-radiques-chroniques-hemorragiques-les-forces-en-presence/</a>.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2017-05-28T16:07:45Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment15186 2017-05-28T16:07:45Z <p>" .. il vous suffit de les rencontrer et de leur expliquer ce que vous croyez. Ils ne manqueront pas d'en tenir compte, même si je suppose bien qu'à l'occasion de leur prise en charge il n'ont pas manqué de faire leurs propres observations, qui ont pu éventuellement déboucher sur des conclusions inattendues pour vous... "</p> <p>Quand je suis allée chercher ma mère le soir de sa première journée , l'AMP présente m'a dit que les demandes certes répétées de ma mère pour aller aux toilettes étaient de caractère obsessionnel , un peu comme si la démence de ma mère expliquait à elle seule ses demandes .</p> <p>Mon souci est d'expliquer que, certes ma mère souffre de démence, certes, ma mère à l'instar de beaucoup de personnes âgées donne une importance inouïe à la peur d'être constipée ou à l'inverse la peur d'être en diarrhée, mais il est aussi de dire qu 'un des effets secondaires probables d'une radiothérapie est d'induire de " fausses envies " d'aller à la selle comme de " vraies envies" se caractérisant par une difficulté de retenir ses selles et c'est sur ce dernier point ( effets secondaires) que je souhaite tenir un argumentaire le plus professionnel possible.</p> <p>Après,</p> <p>Je suis tout à fait consciente que passer une journée à l'accueil de jour ce n'est pas la même chose que passer une journée dans l'intimité de la maison. En tout cas c'est précisément ce que j'ai argumenté à ma mère : les AMP ne peuvent pas , parce qu'il ya d'autres personnes présentes, lui mettre à disposition une chaise garde robe dans la pièce de vie.</p> <p>A la maison ma mère a choisi l'option d'être autonome pour aller aux toilettes car je lui ai clairement dit que je ne tiendrai pas le coup si elle m'appelait sans arrêt jour et nuit pour l'accompagner aux toilettes.</p> <p>Sophie</p> Les troubles du transit en gériatrie 2017-05-28T13:24:29Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment15184 2017-05-28T13:24:29Z <p>Bonjour, Sophie.</p> <p>Je ne comprends pas votre question.</p> <p>Les AMP sont des professionnels de santé, que pour ma part j'ai toujours trouvés remarquablement formés et compétents. Ils n'ont nul besoin d'un argumentaire : il vous suffit de les rencontrer et de leur expliquer ce que vous croyez. Ils ne manqueront pas d'en tenir compte, même si je suppose bien qu'à l'occasion de leur prise en charge il n'ont pas manqué de faire leurs propres observations, qui ont pu éventuellement déboucher sur des conclusions inattendues pour vous. Mais la prise en charge ne sera bonne que s'ils entendent votre parole et vous la leur.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2017-05-28T05:01:06Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment15181 2017-05-28T05:01:06Z <p>Bonjour docteur Cavey,</p> <p>" ... Je dois tout d'abord inlassablement renouveler ma mise en garde : si on pouvait faire de la médecine sur Internet, c'est qu'on aurait affaire à des problèmes simples qui n'auraient même pas besoin d'être posés..."</p> <p>Je vous remercie , malgré votre réserve, de m'avoir répondu.</p> <p>Mon souci :</p> <p>Alors que l'oncologue, le radiothérapeute puis le gériatre m'avaient prévenue qu' à peu près à mi chemin de ses séances de radiothérapie, ma mère allait devoir affronter une période de grande fatigue, contre toute attente, les signes de grande fatigue sont apparus à peu près deux semaines après la fin de sa radiothérapie.</p> <p>J'ai bien cru à ce moment là que ma mère baissait les bras, elle ne s'alimentait plus, chutait fréquemment car se déplaçait alors à l'aide de deux cannes et connaissait l'inconfort des " fausses envies " et des " vraies envies" d'aller à la selle, jours et nuits etc.</p> <p>Bref il a fallu à ce moment là repenser de A à Z sa prise en charge quotidienne.</p> <p>Alimentation plus attrayante, Prises de tête afin qu'elle puisse conserver son autonomie pour aller aux toilettes seule jour et nuit et aussi envisager qu'elle puisse voir du monde puisque elle avait appréciér ses AR quotidiens en ambulance au service d'oncologie distant de 50 kms, les ambulanciers étaient, selon ses dires," formidables" "très attentionnés" avec elle.... de véritables petites mères.</p> <p>Ma mère ayant aussi des problèmes cognitifs, les visites habituelles de ses connaissances à la maison se sont bien sûr raréfiées, nous avons alors envisagé, un "ailleurs" en lui proposant l'accueil de jour, sauf qu'à l'accueil de jour elle a besoin d'aide pour aller aux toilettes car elle ne reconnait pas le chemin , marche désormais avec un déambulateur ( moins risqué que les cannes et peut envisager des poses si le trajet est trop long ( Insuffissance cardiaque dite sévère) alors qu'à la maison , nous installons sa chaise garde robe près de son lit ou près de son fauteuil dans le salon, libre à elle il est vrai, d'aller 10 fois par jour sur les toilettes si elle le désire.</p> <p>A l'accueil de jour elle est jugée trop demandeuse et ne veut plus y aller.</p> <p>Mon souci :</p> <p>Construire un argumentaire qui tienne la route. en direction des AMP de l'accueil de jour.</p> <p>Sophie</p> Les troubles du transit en gériatrie 2017-05-27T06:04:18Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment15178 2017-05-27T06:04:18Z <p>Bonjour, Sophie.</p> <p>Je dois tout d'abord inlassablement renouveler ma mise en garde : si on pouvait faire de la médecine sur Internet, c'est qu'on aurait affaire à des problèmes simples qui n'auraient même pas besoin d'être posés.</p> <p>Cela dit le contexte dont vous parlez évoque bien sûr une rectite radique. Mais cela ne doit pas empêcher de penser que les troubles sont liés à tout à fait autre chose (surtout en l'absence de douleurs). D'autre part nous sommes dans la misère quand il s'agit de traiter ces rectites radiques.</p> <p>Le médecin agit donc sagement en proposant un produit qui pourra avoir un rôle de pansement intestinal et qui pourrait aider à redonner de la consistance aux selles sans risquer de constipation. Mais il ne faut pas s'illusionner outre mesure sur l'efficacité, le mieux étant de ne rien faire du tout. Je sais bien que la patiente ne l'accepterait guère...</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2017-05-25T09:14:10Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment15176 2017-05-25T09:14:10Z <p>Bonjour docteur Cavey,</p> <p>Suite à une radiothérapie pour soigner un cancer de l'anus, il arrive que ma mère ait des épisodes de " diarrhées" ( envies subites et selles très molles 1 à 2 fois par jour mais pas tous jours non plus), le souci étant , parce que cet inconfort l'embête, ma mère veut alors arrêter de manger, le gastro- entérologue m'a conseillé de lui donner du SMECTA ( 3 sachets par jour). Il a laissé un message sur mon portable suite à mon exposé ( à peu près dans les mêmes termes que mon écrit de ce jour) à sa secrétaire.</p> <p>Pourriez- vous , s'il vous plait m'expliquer en quelques mots pourquoi le gastro a conseillé ce médicament . Il est à noter également que ma mère souffre de troubles cognitifs, est aussi une personne âgée ( 88 ans) , pour caricaturer ( j'assume cette caricature) " pas contente si elle ne va pas à la selle et pas contente non plus si elle y va trop"</p> <p>Merci,<br class="autobr" /> Sophie</p> Les troubles du transit en gériatrie 2017-05-22T17:35:43Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment15175 2017-05-22T17:35:43Z <p>Bonsoir, Hélène.</p> <p>Je partage votre joie. Cela pourrait indiquer que nous ne rêvons pas quand nous disons que tout de même la prise en charge gériatrique présente quelques spécificités.</p> <p>Il faut toutefois rester prudent : il arrive que n'importe quel changement soit l'occasion d'une embellie qui ne dur pas. Et surtout rien n'indique que les progrès vont se poursuivre suffisamment pour permettre une vie acceptable sur le long terme.</p> <p>Il n'en reste pas moins qu'en effet cette amélioration est bonne à prendre.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2017-05-22T08:20:55Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment15174 2017-05-22T08:20:55Z <p>Merci beaucoup d'avoir pris le temps de me répondre.<br class="autobr" /> Nous avons demandé des investigations complémentaires de l'abdomen mais nous n'avons eu aucune suite à nos demandes.<br class="autobr" /> Nous avons heureusement réussi à trouver une place en SSR (gériatrie). Dès le jour du transfert nous avons eu une très bonne impression sur sa prise en charge avec un personnel soignant agréable, gentil et à l'écoute. <br class="autobr" /> Les progrès au niveau de la parole et la réduction de la douleur sont apparus dès le lendemain du transfert en SSR ! <br class="autobr" /> Puis en quelque jours : reprise partielle de la parole, phase de conscience plus longue et surtout sourire+++ et quelques rires à bon escient. Bien sur c'est loin d'être gagné mais pour nous c'est énorme. Chaque jour nous amène son lot de petit progrès et surtout notre mère n'est plus triste et douloureuse bien que les lavements restent nécessaires.<br class="autobr" /> On reste donc sur notre idée que notre mère n'était pas bien prise en charge dans ce service du CHU, le changement radical dès le lendemain du transfert ne fait qu'appuyer notre sentiment.<br class="autobr" /> Bien à vous ;<br class="autobr" /> Hélène</p> Les troubles du transit en gériatrie 2017-05-15T14:22:29Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment15166 2017-05-15T14:22:29Z <p>Bonjour, Hélène.</p> <p>Difficile de vous répondre, car votre présentation est tout de même (et comment ne le serait-elle pas ?) fragmentaire. En particulier nous ne savons pas quel va être le pronostic de cet accident : au bout de trois semaines il vaudrait mieux que la récupération ait commencé, faute de quoi il sera bon de ne pas entretenir d'illusions excessives.</p> <p>De la même façon il faudrait en savoir plus sur ces douleurs. Le fécalome est une excellente hypothèse mais ce n'est pas la seule, et il faudrait savoir comment les professionnels ont raisonné. Il y a peu d'examens à faire, mais il serait utile d'avoir une simple radiographe de l'abdomen, qui permet souvent de mettre en évidence des images très évocatrices.</p> <p>Supposons que le diagnostic soit le bon, et qu'on ait affaire à un fécalome. Il faut le traiter, et on sait bien que ce n'est pas toujours commode. L'infection urinaire est banale en présence d'un fécalome, soit comme cause soit comme conséquence. On pourrait souhaiter disposer d'une simple radiographie de l'abdomen, qui donne souvent des images caractéristiques. Et s'armer de patience.</p> <p>Quant à la douleur c'est plus délicat, car il existe assez peu de solutions. Le paracétamol est une bonne solution. On pourrait envisager des antispasmodiques, mais si les médecins y ont renoncé ils peuvent avoir leurs raisons. Bref rien de tout cela n'est simple. Tout ce que je peux dire c'est que je n'ai jamais vu un tel problème rester durablement sans solution.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2017-05-14T20:54:18Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment15163 2017-05-14T20:54:18Z <p>Bonjour,<br class="autobr" /> Ma mère de 82 ans a fait un AVC ischémique il y a 3 semaines. Elle est hémiplégique et aphasique.<br class="autobr" /> Elle est hospitalisée et souffre depuis plus d'une semaine en continu avec en plus des spasmes très douloureux à lui donner les larmes aux yeux (elle geint et se tord sur son côté non paralysé).C'est une femme qui est très dure au mal et qui ne s'est jamais plaint de quoi que soit. Cette souffrance freine à sa récupération post AVC.<br class="autobr" /> Elle est traitée pour un fécalome (lavements) depuis 10 jours et une infection urinaire depuis aujourd'hui (antibio). <br class="autobr" /> Je me posais la question sur la prise en charge de la douleur : <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Est ce qu'un fécalome et une infection urinaire peuvent mettre une personne dans un état si douloureux ?(Car c'est la réponse que j'ai eu au CHU et il n'y a pas d'autres investigations) <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> On lui donne du paracétamol(1000mg) en perfusion toute les 6 heures (mais cela ne semble pas calmer les douleurs). N'y aurai t-il pas quelque chose de plus efficace à la place ou en complément ? <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Est ce que des antidouleurs à plus forte dose seraient contre indiqué en cas de fécalome ?</p> <p>Je vous remercie par avance de prendre attention à mon message. Il est tellement dur de voir sa mère dans cet état de souffrance.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2016-12-22T17:55:05Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment14812 2016-12-22T17:55:05Z <p>Bonsoir, Christel.</p> <p>Je ne connaissais pas cette tendance des laxatifs osmotiques à reliquéfier l'eau gélifiée. Peut-être cela dépend-il du gélifiant utilisé ? D'autre part vous avez des gels d'huile de paraffine qui peuvent contribuer à résoudre cette question.</p> <p>Mais les problèmes que vous posez sont réels. Non seulement sur le goût, auquel je n'ose penser, mais bien plus sur l'absence de réflexion. Je crois que le comportement des professionnels en matière de transit est totalement irrationnel, et il y aurait là, en termes de symbolique, beaucoup à écrire. Une bonne stratégie laxative doit se penser sur le long terme, on ne doit pas procéder au coup par coup. Il faut définir les objectifs, qui sont de deux à trois selles par semaine, et savoir que les choses doivent se faire en douceur. Tout au plus ajouterai-je qu'en institution la constipation est un tel problème que je ne suis pas contre une attitude systématique : il se peut que le prix à payer pour être efficace soit de traiter tout le monde, y compris ceux qui n'en auraient pas besoin.</p> <p>En tout cas il faut mettre un peu de pensée dans tout cela.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2016-12-22T10:10:36Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment14808 2016-12-22T10:10:36Z <p>Merci Docteur pour votre réponse.</p> <p>Vous avez raison sur tellement de points. La prise en soins des personnes grabataires est si complexe... Notre système étant basé sur l'immédiateté que dès qu'une personne est constipée (et encore...) on lui donne un laxatif sans se poser plus de questions. Je me sens si impuissante parfois à essayer de faire comprendre le pourquoi du comment, faire en sorte que nos prises en soins soient réfléchies. Si je cherche des écrits, ce n'est pas pour prouver quoique ce soit, c'est pour justifier une demande. C'est une façon de dire "ce n'est pas moi qui le dit".<br class="autobr" /> Ce qui est impossible, c'est de mélanger un laxatif osmotique dans un verre d'eau épaissie (avec Magic Mix par ex) parce que le mélange redevient liquide avant que la personne n'aie eu le temps de terminer son verre. En plus ce doit être dégoûtant !</p> <p>Je vais impliquer le médecin traitant et revoir la prise en soins plus globalement.</p> <p>Cordialement.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2016-12-18T15:29:18Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment14791 2016-12-18T15:29:18Z <p>Bonjour, Christel.</p> <p>Je ne crois pas que vous trouverez de la littérature : ce sont des sujets qui, comme tous les sujets importants de la prise en soins, n'intéressent personne.</p> <p>Mais il me semble que si vous voulez obtenir un résultat auprès de vos collègues vous n'avez pas forcément besoin de littérature : que voulez-vous prouver ? Si vous pouviez détailler chacun des temps de ce soin, vous pourriez mieux montrer ce qui ne va pas.</p> <p>Les malades qui ont des troubles de la déglutition peuvent être constipés pour de multiples raisons, mais surtout parce qu'ils sont grabataires, ou parce qu'ils sont soumis à une alimentation insuffisamment riche en fibres. Il n'est pas très difficile de mettre un laxatif osmotique dans de l'eau gélifiée, même si je n'aime pas beaucoup l'eau gélifiée. Mais avant de le faire il faut être sûr que le trouble de la déglutition l'exige, et je crois que ces troubles et leurs dangers sont très souvent surestimés.</p> <p>Je crois aussi qu'on méconnaît l'efficacité et la simplicité de techniques alternatives qui peuvent être précieuses chez le sujet âgé. Mais cela ne peut s'étudier que dans le cadre d'une réflexion globale, avec une implication forte du médecin.</p> <p>N'importe : la première chose à faire est de préciser votre problème en disant : c'est impossible parce que… A partir de là nous travaillerons.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2016-12-16T09:30:51Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment14786 2016-12-16T09:30:51Z <p>Bonjour Docteur,</p> <p>Je suis IDE en EHPAD, et mon problème porte sur deux points : constipation et trouble de la déglutition.</p> <p>Plusieurs de nos résidents souffrent de ces 2 troubles et prennent des laxatifs osmotiques dans un verre d'eau épaissie. C'est impossible !!! Je voudrais pouvoir l'expliquer à mes collègues sans avoir l'air de leur donner une leçon et en m'appuyant sur de la littérature mais je n'en trouve pas. Je voudrais que l'on améliore nos pratiques quant à la prévention de la constipation mais je rame...</p> <p>J'ai besoin d'être guidée un peu (beaucoup ?) dans ma démarche.<br class="autobr" /> Merci.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2016-12-09T06:54:00Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment14759 2016-12-09T06:54:00Z <p>Bonjour, et merci de ce message.</p> <p>Je ne peux pas vous répondre sur le fond : vous imaginez bien que la médecine ne se fait pas sur Internet, et on ne voit pas comment je pourrais, moi qui ne vous ai pas examinée, avoir une opinion plus justifiée que votre médecin. C'est donc à lui qu'il faut en reparler.</p> <p>Mais ce qui me frappe c'est la crainte que vous avez d'avoir quelque chose de grave. Et je vois bien que cette crainte vous envahit. Sur ce point par contre je crois qu'on peut être formel : votre crainte n'est pas justifiée par la situation. Bien sûr il va être important de régler ce problème ; mais dans ce que vous décrivez il n'y a pas d'élément de gravité. Je crois que vous avez raison : si vous n'aviez pas ce sentiment de solitude vous auriez moins peur. Et je le comprends, mais si ce sentiment est inconfortable il n'en reste pas moins que je ne vous crois nullement en danger.</p> <p>Non : le mieux est décidément de revoir votre médecin, en insistant sur votre inquiétude, même si elle est irrationnelle.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2016-12-08T08:01:48Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment14756 2016-12-08T08:01:48Z <p>Bonjour j ai 83 ans des diverticules et des infections urinaires à répétition depuis un an je souffre régulièrement de forts maux de ventre flactulendes ect c est le cas en ce moment je ne dors plus mon ventre m en empêche mon docteur pense que c est une diverticulite il me donne du flagyl que je ne supporte pas alors de l ercerfuryl carbo levure spafon ect depuis 15 jours que ça dur aucune amélioration je n ai pas de fièvre je n ai pas faim très fatiguée j ai l impression que je vais mourrir je suis seule chez moi et je ne suis pas rassurée par ce mal j ai l impression de ne plus avoir de forces c vrai que je suis souvent I</p> Les troubles du transit en gériatrie 2016-11-27T20:03:14Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment14738 2016-11-27T20:03:14Z <p>Bonjour, Reine.</p> <p>Je ne peux évidemment pas me faire une idée précise de la situation : je n'ai pas vu la malade, et on ne fait pas de la médecine sur Internet. Ma réponse sera donc forcément évasive.</p> <p>Mais il y a tout de même des choses assez simples qu'on peut dire sans grand risque de se tromper.</p> <p>La conséquence la plus immédiate d'une diarrhée est la déshydratation. On peut donc tenir la situation assez longtemps si on veille tout simplement à faire boire la malade. Que lui faire boire ? N'importe quoi du moment que c'est de l'eau et qu'il y en a suffisamment. On pourrait ajouter des médicaments mais leur efficacité a de grandes chances d'être limitée, et on ne serait pas à l'abri d'une toxicité ou d'un effet indésirable. Je serais donc très imprudent en vous conseillant un traitement.</p> <p>Après il faut s'occuper de la cause. Il va de soi que la première idée qui vient chez une personne qui fait une diarrhée fébrile en pays tropical est celle d'une diarrhée infectieuse. Dans ce cas il n'y a pas lieu de prévoir une difficulté de traitement, et on doit s'attendre que l'évolution soit très simple.</p> <p>Mais pour vous en dire plus il faudrait être sur place...</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2016-11-27T19:02:55Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment14737 2016-11-27T19:02:55Z <p>Bonsoir,</p> <p>Je vous écris pour un cas désespéré. J'ai ma grand-mère qui habite dans un pays tropical, et qui fait la diarrhée depuis 10 jours. A cette diarrhée s'associe de la fièvre, et une très grande fatigue. Des examens de selles doivent être fait dès demain, mais y a t-il un médicament qu'ils peuvent acheter sur place pour stopper la diarrhée ? La situation est t-elle qu'elle a souvent des moments où elle ne peut plus parler, tellement elle est fatiguée.</p> <p>Pouvez-vous me donner un conseil ?</p> <p>Je vous remercie,</p> Les troubles du transit en gériatrie 2016-11-06T18:15:25Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment14702 2016-11-06T18:15:25Z <p>Bonsoir, François.</p> <p>Il n'y a pas d'aliment à éviter. Du moins aucun autre que ceux qui tombent sous le sens : vous savez bien ce qui vous arrive quand vous mangez trop de cerises.</p> <p>Mais chez le sujet âgé, il y a trois obsessions : <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Ne pas favoriser la dénutrition en créant des interdits alimentaires inconsidérés. <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Ne pas déshabituer le côlon à s'accommoder de tous les aliments. <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Maintenir le plaisir de manger.</p> <p>Il faut donc avant tout se demander d'où viennent les diarrhées. Cela fait, s'il n'y a aucune explication, on peut observer le phénomène, repérer des aliments suspects, tester ce qui se passe quand on les retire, voir ce qui se passe quand on les réintroduit, et si vraiment certaines évictions font la preuve de leur pertinence, les maintenir pour un temps, sans omettre d'essayer une réintroduction prudente de temps en temps. Toute autre attitude est injustifiée.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2016-11-06T17:32:45Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment14701 2016-11-06T17:32:45Z <p>Bonsoir. Quels sont les aliments à éviter pour limiter les diarrhées ou celles molles chez des personnes agées (90 ans homme). merci</p> Les troubles du transit en gériatrie 2016-10-15T18:54:44Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment14653 2016-10-15T18:54:44Z <p>Bonjour, Meriem.</p> <p>Je ne peux rien vous dire : vous postez sur un site qui s'occupe de personnes très âgées ou en fin de vie ; et vous n'êtes ni dans un cas ni dans l'autre. Qui plus est vous parlez de trouble psychique et non de trouble du transit. Je ne peux donc pas vous aider, n'ayant aucune compétence pour le faire.</p> <p>Mais il me semble que ce n'est pas un médicament qui va vous aider. Votre trouble me fait penser bien davantage à un état de stress post-traumatique, et c'est un psychologue qu'il vous faut voir.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2016-10-14T11:26:53Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment14651 2016-10-14T11:26:53Z <p>bonjour j'ai eu 6 mois de diarrhée a cause d'un champignon au colon j'ai fait une coloscopie j'ai pris un antibiotic cest bon il est parti mais maintenenant le probleme qui me reste c'est la peur quelle m'a laissé psychiquement mon qastro ma préscrit dogmatyl mais il ne ma rien fait maintenant je prend du sulpirene sa calme un peut mais je veux un medicament une fois pr toute aidez moi svp</p> Les troubles du transit en gériatrie 2016-10-09T07:37:09Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment14644 2016-10-09T07:37:09Z <p>Bonjour,</p> <p>Et je suppose qu'en vous disant cela votre directrice arborait sur le visage un sourire bien ripoliné, bien surfait,</p> <p>bref,</p> <p>bien dans le registre " je ne vous accuse pas ... mais etc"</p> <p>Mais peut-être que je suppose mal ?</p> <p>Sophie</p> Les troubles du transit en gériatrie 2016-10-06T19:45:55Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment14640 2016-10-06T19:45:55Z <p>Bonsoir, Marieline.</p> <p>Il y a deux questions dans votre message.</p> <p>La première est celle que vous posez : en combien de temps des selles peuvent-elles sécher ? Et vous devez bien penser que personne ne peut vous répondre parce que personne ne l'a étudié. Tout ce que je peux dire c'est que je n'imagine guère que, dans les conditions habituelles, des selles émises en début de nuit soient sèches en fin de nuit.</p> <p>La seconde est bien plus importante. Ce que vous racontez, en somme, c'est que votre Directrice vous a critiquée à ce sujet. Il serait important d'en savoir davantage sur ce contexte : une remarque isolée, même si elle n'est pas justifiée, n'a pas une grande importance, et le mieux serait de l'oublier. Si par contre la situation est tendue je comprends mieux que vous cherchiez des éléments susceptibles d'assurer votre défense.</p> <p>Mais pour cela il faut comprendre ce qui s'est réellement passé, ce qui suppose qu'on réponde à la question : qui a constaté quoi ? Ou qui s'est plaint de quoi ? Si je comprends bien on soupçonne votre équipe de négligence : soit que vous ayez omis de changer la personne, soit que vous n'ayez pas fait une toilette suffisamment soigneuse. Mais alors on ne comprend pas cette histoire de selles sèches : pourquoi sèches ? Il suffirait de vous reprocher d'avoir laissé des selles. Il faut aussi savoir ce qu'on a vu : des selles ? des traces ? Que signifie <i>sèches</i> ? Je serais surpris qu'il existe une échelle permettant de mesurer le degré de sécheresse. Bref tout cela n'a pas beaucoup de sens.</p> <p>Ajoutons que pour ma part je ne suis pas très partisan des changes de nuit. La nuit, c'est fait pour dormir, et il existe des changes suffisamment performants pour permettre au patient de passer toute une nuit dans des conditions suffisantes de confort. Ajoutons également que la question est tout de même de savoir quel dommage en est résulté pour la patiente ; ou quel dommage aurait pu en résulter.</p> <p>Je crois donc qu'il n faut pas vous inquiéter outre mesure, mais discuter cet incident en équipe, voir ce qui s'est passé et au besoin en tirer des conclusions ; mais gardez en tête qu'en lui-même cet incident n'a absolument aucune importance.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2016-10-05T15:39:59Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment14636 2016-10-05T15:39:59Z <p>Bonjour, j'aimerai avoir votre avis si possible, je suis aide soignante depuis plus de 10 ans.<br class="autobr" /> Actuellement je travail dans une maison de retraite depuis plus de 3 ans sans problème particulier, la semaine dernière la directrice nous dit (aux 2 équipes de nuit) qu'une personne a été retrouvé avec des selles sèches aux fesses. Nous passons vers 5h et ils l'ont trouvé vers les 7h. Connaissant mes collègues et moi même est-il possible que la personne a eu des après notre passage et qu'elles aient seché, sachant qu'il y a 20 degrès dans la chambre. Pour résumer, j'aimerai savoir en combien de temps des selles peuvent secher. (désolé si je suis hors sujet)<br class="autobr" /> merci de votre reponse</p> fecample 7 jours 2016-08-27T13:54:23Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment14554 2016-08-27T13:54:23Z <p>Bonjour, Marlène.</p> <p>Vous postez votre question sur un site qui traite de gériatrie et de fin de vie. Je dois attirer votre attention sur le fait que votre situation ne relève ni de l'une ni de l'autre, et que je n'ai pas de compétence particulière pour vous répondre sur un problème de gastro-entérologie.</p> <p>Ce que je peux c'est ceci : <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> En une semaine, on ne développe pas un fécalome. Votre problème est un problème de constipation, et il demande un diagnostic de spécialiste. Cela ne relève pas d'un service d'urgences. <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Si je comprends bien, cela ne fait que quelques jours que vous avez engagé un traitement. C'est court pour s'inquiéter. <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Mais votre situation est très inconfortable. <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> J'ai l'impression qu'il s'agit effectivement d'une constipation très bas située ; il ne sert donc probablement pas à grand-chose de prendre des laxatifs ; l'huile peut avoir un intérêt, mais il faut un ou deux jours pour que cette huile arrive à lubrifier suffisamment la selle pour qu'elle puisse sortir.</p> <p>La seule chose qui puise vraiment vous aider est donc de voir un gastro-entérologue.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> fecample 7 jours 2016-08-26T23:08:23Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment14550 2016-08-26T23:08:23Z <p>Bonjour, il y a 4 jours je suis allée aux urgences pour mal de ventre et de dos atroce. Après radiographie ils m'ont trouvé un fecalome (Ca fait 1 semaine que je ne suis pas allée à la selle). Traitement : mavicol, lansoyil, denridat et Spasfon. Au bout de 3 jours toujours aucun effet, je décide alors je faire un lavement au normacol qui ne donne rien. Au boulot (je suis ash en Ehpad) l'infirmière me donne 3 huiles (paraffine et je ne sais plus quoi), je rentre chez moi 3h après toujours rien je décide de refaire un lavement au normacol et là quelques heures après direction les toilettes, grosse diarrhée (Desolee des détails). Mais le bouchon n'est toujours pas sortie et je n'arrête pas de me vider de selle liquide. <br class="autobr" /> Que faire ? <br class="autobr" /> Retourner aux urgences ?<br class="autobr" /> attendre ? <br class="autobr" /> Je vous remercie.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2016-06-13T18:58:08Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment14372 2016-06-13T18:58:08Z <p>Merci pour votre réponse, cordialement.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2016-06-13T18:48:35Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment14371 2016-06-13T18:48:35Z <p>Bonsoir, Thérèse.</p> <p>Très simple.</p> <p>Il arrive assez fréquemment, surtout après les interventions chirurgicales, qu'une personne âgée développe une sorte d'obsession de son transit intestinal. C'est à considérer. Mais il y a deux autres choses à considérer, qui sont encore plus évidentes.</p> <p>La première est que votre père a été opéré de la thyroïde. On sait que le prix à payer pour ces interventions est très souvent une insuffisance thyroïdienne ; la constipation fait partie du tableau. C'est la première chose à vérifier.</p> <p>La seconde est que votre père décrit un trouble très précis : non pas réellement une constipation mais un trouble de la défécation. Ce peut être trompeur, cela peut être favorisé par une constipation, mais on ne peut se passer d'un examen spécialisé.</p> <p>Il vous faut donc tout simplement en parler avec son médecin, qui jugera de l'opportunité d'une consultation gastro-entérologique.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2016-06-13T10:39:20Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment14369 2016-06-13T10:39:20Z <p>Bonjour à vous, merci pour cet article et pour le temps que vous passez à répondre à vos lecteurs !</p> <p>Mon père a 83 ans. Il vient de traverser une année difficile (plusieurs opérations dont une ablation de la thyroïde suite à une hyperthyroïdie qu'il a été impossible de contrôler) et est très fatigué. Il est autonome chez lui, sort faire ses courses (en voiture), mais fait de moins en moins d'exercice physique. Il assure faire attention à son alimentation (boissons, légumes), mais je ne suis pas toujours chez lui pour vérifier...<br class="autobr" /> Depuis 3 mois, il se plaint d'inconfort pour ce qui est de l'élimination : il va à la selle de temps en temps (3 ou 4 par semaine) mais avec le sentiment permanent d'avoir l'anus plein (et la sensation très désagréable que "ça va sortir"), avec depuis peu des crampes au ventre. Ca ne semble pas une situation grave du point de vue de sa santé, en revanche, l'impact sur son moral est terrible : il passe beaucoup de temps aux toilettes (pour rien), dort difficilement la nuit, a du mal à penser à autre chose et ne cesse de dire qu'il n'en peut plus de vivre comme ça. J'ai le sentiment que son médecin traitant, par ailleurs compétent, ne prend pas très au sérieux ce mal-être.<br class="autobr" /> Que me conseilleriez-vous comme démarches pour lui trouver une solution ?<br class="autobr" /> Cordialement</p> Les troubles du transit en gériatrie 2016-04-29T20:17:47Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment14251 2016-04-29T20:17:47Z <p>Bonsoir, Gaëlle.</p> <p>Rien ; je ne vous conseille rien.</p> <p>D'abord parce que la situation n'est pas grave. Un fécalome peut mettre du temps à s'évacuer, mais on n'en a jamais vu qui ne finisse pas par sortir.Les médecins y vont doucement, ils ont raison.</p> <p>Ce qui est plus ennuyeux, c'est qu'elle en ait fait un : 69 ans c'est tout sauf vieux (j'y tiens d'autant plus que c'est à peu près mon âge) et il n'est pas usuel de faire des fécalomes quand en est jeune. Cela tendrait à indiquer qu'elle n'est pas en très bon état général ; à moins qu'il ne s'agisse que d'une complication du diabète ; dans ce cas, ce n'est pas une très bonne nouvelle, mais pas pour autant une nouvelle dramatique. En tout cas c'est la seule question à se poser.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2016-04-28T02:20:01Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment14246 2016-04-28T02:20:01Z <p>Bonsoir, ma mère âgée de 69 ans est hospitalisée en service de médecine interne post urgence depuis 5 jours pour un syndrome subocclusif sur fecalome. En effet samedi je l ai retrouvée un peu confuse avec un état altéré : fort malaise avec chute tension elle importante ; j ai appelé les ami puis elle a été conduite aux urgences ou ils ont fait le diagnostic cite ci dessus. Ils ont fait un scanner qui a montré cet état subocclusif et le fecalome. Ils lui ont lavement sans succès puis toucher rectal qui a permis une petite evacuation. Depuis elle est hospitalisée ; son état clinique est stable : bonne TA, ventre souple, gaz présents , pas de signe de gravité clinique. Les médecins ont essayé divers lavements per os ( dont xprep, duphalac...) et hier lavement évacuateur sans succès. Je tiens a préciser que ma mère est diabetique insulino dépendant compliqué d une coronaropathie ( 3 stents poses) et malvoyante (retinopathie diabetique ). Les médecins veulent continuer a essayer des traitements médicamenteux. Je vous avous que je commence a m inquiéter car rien ne s évacue apparement. Elle mange correctement. Que nous conseillez vous ? Merci beaucoup</p> Les troubles du transit en gériatrie 2016-04-27T17:26:47Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment14241 2016-04-27T17:26:47Z <p>Bonsoir, Paulette.</p> <p>Le lactulose n'est pas le seul laxatif osmotique. Vous constaterez sans peine, d'ailleurs, que mon article ne le mentionne pas ; il ne mentionne d'ailleurs aucun nom dans cette catégorie.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2016-04-26T16:54:14Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment14232 2016-04-26T16:54:14Z <p>Ces troubles se traitent souvent par des laxatifs osmotiques : le Lactulose. Mais quand on voit les effets secondaires : ventre gonflé, ballonnements... on peut se demander s'il n'existe pas autre chose de plus efficace et de plus confortable.<br class="autobr" /> Surtout que ces sachets se soldent vite par une accoutumance, donc une inefficacité.<br class="autobr" /> Le problème est : à quoi bon le prescrire ? puisqu'il devient inefficace, et que sa prise se caractérise surtout par ses effets indésirables visibles ? Les résidents de l'EHPAD qui prennent ce Lactulose finissent tous par se ressembler : ils ont tous le même ventre gonflé.</p> <p>Dernièrement, j'ai entendu un nouveau raisonnement : " peu de selles, car le résident mange peu et de surcroît avec peu de résidus, donc il n'y a pas à s'inquiéter", paroles de médecin généraliste." Le ventre est souple, bien que gonflé, le ventre n'est pas douloureux. C'est simplement de l'atonie intestinale liée à l'âge, à la vie en fauteuil et au lit. Il n'y a pas à avoir de l'inquiétude par rapport aux selles qui sont rares" et "insuffisantes".<br class="autobr" /> Si la nourriture est avec peu de résidus, à quoi bon prescrire ce type de laxatif ? Pour en avoir que les effets indésirables et aucun bénéfice ?<br class="autobr" /> Est-il opportun de prescrire du Diffu K pour compenser la perte de minéraux lors de diarrhées (qui sont inexistantes) puisqu'en ce moment la personne âgée mange peu et évacue peu. <br class="autobr" /> Quel est l'intérêt de prendre un laxatif ? quelle est son utilité ? son efficacité ?<br class="autobr" /> J'ai parfois l'impression que les résidents de l'EHPAD sont comme des oies qu'on gave de médicaments.<br class="autobr" /> Et dès que l'on questionne un peu le pourquoi ? l'utilité ? le rapport bénéfices/risques, on a l'impression d'être le trouble-fête des prescripteurs de médicaments, qui n'en ont rien à faire de voir le ventre de leur clientèle gonfler au fil des mois et des années. N'est-il pas paradoxal de prescrire des sachets de L. 3 fois / jour au résident de l'EHPAD à qui on dit : "nourriture sans résidus ou presque, donc selles très espacées peu inquiétantes".<br class="autobr" /> Une logique dans le discours suivie d'une logique dans la prescription serait plus rassurante.<br class="autobr" /> Ce qui pose problème, c'est cette absence de cohérence manifeste.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2016-02-24T17:57:26Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment14034 2016-02-24T17:57:26Z <p>Bonsoir, Fany.</p> <p>Je vous répondrai très rapidement et très simplement trois choses.</p> <p>La première est que votre situation est sans doute inconfortable mais qu'elle est tout sauf inquiétant. Ces choses-là s'arrangent toujours.</p> <p>La seconde est que... Je suis un gériatre qui s'est occupé de soins palliatifs. Quelque chose me dit que vous n'êtes ni une très vieille dame ni une malade en fin de vie. Je suis donc fort mal placé pour vous donner un avis.</p> <p>La troisième est que, par conséquent, si les choses ont du mal à s'arranger, votre interlocuteur doit être un gastro-entérologue.</p> <p>Mais surtout, ne stressez pas : vous n'êtes nullement en danger.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2016-02-24T17:23:44Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment14031 2016-02-24T17:23:44Z <p>Bonjour, Élisabeth.</p> <p>Vous parlez d'une situation bien difficile.</p> <p>La miansérine peut avoir un effet négatif sur le transit. Mais vous auriez tort de trop considérer ce point. Car l'essentiel se trouve probablement dans les diverticules.</p> <p>La diverticulose est une banalité, dont il n'y a guère lieu de s'occuper tant qu'elle ne fait pas parler d'elle. Mais quand elle parle (et c'est notre cas) les choses deviennent tout de suite beaucoup plus délicates ; et ici elles sont aggravées par le fait qu'il y a très probablement une fistule colo-vésicale.</p> <p>La seule manière de faire le point est de remettre la situation aux mains d'un gastro-entérologue, et de faire les examens nécessaires. Mais... faut-il le faire ?</p> <p>Car le diagnostic est probablement le bon. Dans ces conditions les examens ne pourraient servir qu'à décider d'une stratégie thérapeutique, et cette stratégie ne peut guère être que chirurgicale. Or il existe de nombreux arguments pour penser que personne n'osera jamais opérer votre mère. Il est donc sage de se borner à croiser les doigts et à laisser un traitement laxatif, et encore, pas trop violent.</p> <p>Quant à la miansérine, je raisonnerais en tenant compte du fait que, si la chirurgie est récusée, alors la situation devient de type palliatif : la miansérine a des inconvénients, elle a aussi des avantages, notamment en termes de confort pour elle et pour son entourage. Or les troubles du comportement sont une souffrance pour vous mais aussi pour elle. Il est donc probable que le rapport bénéfice/risque de ce traitement est positif, et qu'il vaut mieux le garder.</p> <p>Mais il y a danger, en effet.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2016-02-20T22:35:17Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment14019 2016-02-20T22:35:17Z <p>bonjour,</p> <p>je rentre des urgences... j avais été pris en charge a cause d un fecalom. ce fut extrêmement douloureux... cela fait deux jours que je suis rentrée et je n ai toujours pas été à la selle. ca me stresse, je ne veux pas retourner aux urgences. je n ai pas d envie d aller à la selle mais ca me fait peur. j applique un régime alimentaire riche en fibres et je suis enceinte. <br class="autobr" /> dois je m inquieter ? <br class="autobr" /> merci de votre réponse</p> Les troubles du transit en gériatrie 2016-02-18T21:13:39Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment14013 2016-02-18T21:13:39Z <p>Bonsoir,</p> <p>Ma mère a 92 ans et est atteinte depuis une dizaine d'année de la maladie d'Alzheimer. La neurologue qui la suit a prescrit de la miansérine ce qui a permis de régulariser son sommeil et de réduire les comportements agressifs et l'agitation qui la caractérisaient, traitement qu'elle suit depuis environ un an. Au mois d'août dernier elle a eu des douleurs au ventre, puis une infection urinaire suivie ensuite de vomissements. Le médecin traitant après une échographie a diagnostiqué une diverticulite sigmoïdienne qui a été traitée par antibio-thérapie. Depuis cette période elle a des problèmes de transit. Elle a eu des lavements pour évacuer la formation de fécalums. Actuellement elle prend du Movicol. Elle vient d'avoir malheureusement un nouvel épisode d'infection urinaire avec fécalurie ce qui laisserait soupçonner la formation d'une fistule et une communication entre l'intestin et la vessie. Elle prend à nouveau des antibiotiques. Depuis le mois d'aôut dernier elle s'alimente très peu et ne boit pas beaucoup. Pourriez-vous me dire quel effet a la miansérine sur le transit ? Est-il souhaitable qu'elle poursuive ce traitement compte-tenu de ses troubles actuels ? Vu la grand âge de maman et sa pathologie, quels types d'examen et d' intervention peuvent être pratIqués ? Elle n'a pas encore consulté de gastro-entérologue. Que me conseillez-vous ?</p> troubles du transit en gériatrie 2016-01-18T08:00:58Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment13892 2016-01-18T08:00:58Z <p>Merci beaucoup.<br class="autobr" /> Michèle</p> troubles du transit en gériatrie 2016-01-17T22:22:56Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment13890 2016-01-17T22:22:56Z <p>Bonsoir, Michèle.</p> <p>Vous posez là une question délicate, à laquelle d'ailleurs j'ai déjà répondu dans d'autres circonstances.</p> <p>Ce qui est certain, c'est que si la situation dure depuis longtemps c'est qu'elle ne présente pas de caractère de gravité. Je ne m'inquiéterais donc pas trop vite : le problème est uniquement un problème de confort.</p> <p>Du coup il faut le renvoyer à votre mère : si elle en souffre, il faut consulter, car ces troubles sont souvent d'analyse fort complexe, et on ne va pas s'en tirer avec des traitements approximatifs ; souvent il n'est même pas si simple de poser un diagnostic précis.</p> <p>Mais si son rejet des médecins est tel qu'elle ne veut pas se soumettre à une investigation rigoureuse, alors il n'y a rien d'autre à faire que de laisser faire. Encore une fois, il n'y a pas d'enjeu en termes de santé, et on a plutôt affaire à une de ces petites pathologies auxquelles souvent on ne comprend rien mais qui n'ont jamais tué personne.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> troubles du transit en gériatrie 2016-01-17T15:20:02Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment13885 2016-01-17T15:20:02Z <p>Bonjour,<br class="autobr" /> Ma mère âgée de 95 ans est traitée depuis un vingtaine d'année pour une maladie de Parkinson assez légère.<br class="autobr" /> D'autre part, et ce depuis plusieurs années, elle est plusieurs fois par mois surprise par des diarrhées qui ne lui laissent même pas le temps d'arriver jusqu'aux toilettes. Cela peut se reproduire deux ou trois fois dans la journée (selles extrêmement liquides). Elle prend alors un comprimé d'imodium qui, selon elle, lui permet de pouvoir sotie de chez elle avec un peu plus de sécurité. Elle est par ailleurs autonome, vit seule et est capable de gérer son quotidien. Elle boit beaucoup d'eau mais en est arrivée à supprimer la plupart des fruits et légumes de son alimentation car elle leur a d'abord attribué la responsabilité de ses maux.<br class="autobr" /> Pensez-vous qu'une visite chez un spécialiste et les analyses et traitements qui s'ensuivraient pourraient améliorer sa situation sachant qu'elle a une peur bleue du corps médical et que toute démarche en ce sens aura aussi un côté traumatisant pour elle ?<br class="autobr" /> Merci d'avance pour votre réponse.<br class="autobr" /> Cordialement,<br class="autobr" /> Michèle</p> Les troubles du transit en gériatrie 2015-12-07T19:50:33Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment13730 2015-12-07T19:50:33Z <p>Alors il me faut préciser.</p> <p>Ce qui est folklorique, c'est l'usage qui est fait <i>actuellement</i> des autres aspects de l'examen des selles. C'est pour cette raison que je préfère qu'on n'en parle pas : cela vient brouiller le message essentiel. N'oublions pas l'objectif, non seulement de l'article mais de la question posée sur le forum : la surveillance des selles en institution. Et je plaide pour une attitude pragmatique : <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Ce qui importe en pratique c'est la question de la diarrhée, de la constipation et du fécalome. <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Toujours en pratique, ce qui vient perturber le raisonnement des soignants, c'est très souvent l'observation (ou l'impression, d'ailleurs) d'autres anomalies qui dans leur écrasante majorité n'ont aucune signification. <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Quant aux modifications majeures que vous énumérez, je ne suis pas sûr qu'elles aient leur place dans un tel travail : à ce compte il y en aurait bien d'autres à envisager, et surtout ce ne serait pas nécessaire, car je doute que les soignants oublient de les signaler. Elles sortent alors immédiatement de leur registre.</p> <p>Mais je redis qu'il y aurait à travailler d'une manière bien plus approfondie sur les questions d'aspect, d'odeur etc. Ce qui n'est d'ailleurs qu'un cas particulier d'un problème plus général en médecine, voire en sciences : nous n'utilisons guère que notre vue et notre ouïe, et nous ne savons même pas comment nous pourrions utiliser nos autres sens.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2015-12-07T19:16:40Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment13729 2015-12-07T19:16:40Z <p>J'avais bien compris le cadre restreint de votre article mais en l'occurrence j'étais intervenu à la suite d'une étudiante qui vous interrogeait pour la réalisation de son travail de fin d'étude à propos de << la surveillance des selles en Institution>>. Ce à quoi vous aviez répondu "la surveillance des selles se résume bel et bien à une question de quantité et de fréquence", éludant ainsi les autres aspects de cette question, et les reléguant même au rang de "folklores"... Pour le reste je découvre avec bonheur des articles qui vont vraiment au fond des choses, celui sur les protocoles est très intéressant car il me parait poser les bonnes questions et j'ai hâte de lire les autres.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2015-12-07T17:47:26Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment13726 2015-12-07T17:47:26Z <p>Bonsoir.</p> <p>C'est votre étonnement qui m'étonne...</p> <p>Il ne vous a certainement pas échappé que j'avais fortement limité l'ambition de mon propos. Il ne s'agissait nullement d'écrire sur la question des selles, mais uniquement sur les troubles du transit ; et que mon objectif était de donner des idées simples sur la diarrhée et la constipation. C'est pourquoi délibérément je n'ai pas traité du reste.</p> <p>Sur votre seconde question, je dirais que les avantages l'emportent en pratique sur les inconvénients. On a beaucoup écrit et parlé sur la question de l'abus des laxatifs, mais ce qu'on observe c'est que les dégâts se produisent à la très longue, et avec certains produits seulement. En pratique je n'ai jamais observé de conséquences dommageables de l'utilisation des laxatifs couramment prescrits (la gamme des produits dits osmotiques) en institution ; et il est bien difficile d'avoir une stratégie ciblée et personnalisée, qui pourtant serait souhaitable. Or le risque principal reste le fécalome ; si le prix à payer est une administration systématique, je crois qu'on peut sans grande crainte accepter ce principe.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2015-12-07T08:52:10Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment13724 2015-12-07T08:52:10Z <p>Bonjour. Je suis étonné de cette réponse. Il y a quand même me semble-t-il des circonstance où l'aspect, la couleur ou l'odeur ont leur importance. Quid des selles blanchâtres, des selles noires, des selles glaireuses ou encore de l'odeur particulière du méléna ?<br class="autobr" /> Par ailleurs, je souhaiterais avoir votre avis sur un point : chez la personne âgée en institution, la consommation quotidienne et systématique de laxatifs sur de nombreuses années peut-elle au final aggraver la constipation (colon paresseux voire atone) ? Merci d'éclaircir ce point.<br class="autobr" /> Pour terminer je souhaite vous dire que votre site est utile notamment car il s'adresse à des professionnels de santé pas toujours très bien formés à leurs responsabilités grandissantes. En effet, dans beaucoup d'EHPAD, l'infirmier se voit gérer seul ces problèmes d'élimination et ne va "déranger" le médecin qu'en cas de grande difficulté. Ces médecins se faisant de plus en plus rares, les glissements de tâche risquent d'ailleurs de s'intensifier et la formation continue me parait souvent insuffisante ou intervient trop tard. Il est heureux que les professionnels puisse trouver des informations qui soient accessibles tout en étant de qualité professionnelle.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2015-12-06T20:26:32Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment13722 2015-12-06T20:26:32Z <p>Bonsoir, Djeida.</p> <p>Il est très difficile de répondre à votre question : les troubles du transit demandent qu'on examine le patient, et je ne peux pas le faire. Or c'est important, car vous écrivez : <i>son problème n'est pas la constipation<br class="autobr" /> ni diarrhée juste elle n'évacue pas les selles</i>, ce qui n'a rien d'évident. Si vous avez raison, alors le problème est un problème de constipation terminale, c'est-à-dire de motricité ano-rectale ; mais pour dire cela il faut être certain que la production de selles est normale.</p> <p>Bon ; supposons que vous ayez raison, et que le problème se limite à cette question de motricité. Alors il est illusoire de penser que vous allez trouver une solution radicale : on y parvient déjà difficilement chez le sujet jeune et coopérant, mais chez une personne qui commence à devenir âgée et qui ne participera pas à la rééducation, c'est inenvisageable. Dans ces conditions la seule solution, mais elle est très bonne, est de faire ce que vous faites.</p> <p>Quant à savoir si le fécalome est évacué, ou plutôt s'il y a un fécalome (car rien ne permet de le dire), il n'y a guère d'autre moyen que la radio de l'abdomen, ce qui n'est pas très réaliste. Mais je vous le redis : le mieux est de faire ce que vous faites.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> douleurs audoigt 2015-12-06T16:39:19Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment13721 2015-12-06T16:39:19Z <p>Bonjour, Jean-Denis.</p> <p>Je comprends la perplexité de mes confrères devant une situation qu'ils n'ont sans doute, comme moi, jamais rencontrée.</p> <p>Si on veut réfléchir, on se dit que les sphincters sont commandés en partie par le système nerveux volontaire, en partie par le système végétatif. Et il y a des interactions complexes entre le système sensitif et le système végétatif. C'est là que le lien pourrait se faire. Mais je crois que vous ne trouverez personne pour vous aider, car il faudrait avoir une idée de la manière dont on pourrait explorer ce symptôme ; et il faudrait aussi avoir une idée de ce qu'on ferait de ce qu'on aurait découvert...</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2015-12-05T13:11:11Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment13719 2015-12-05T13:11:11Z <p>bonjour,</p> <p>je m'occupe de ma mère atteinte de la maladie d'alzheimer très évoluée son problème n'est pas la constipation<br class="autobr" /> ni diarrhé juste elle n'évacue pas les selles je suis obliger de lui faire des lavements régulièrement à domicile et moi meme comment savoir si le fécalome à bien disparu en sachant qu'elle ne communique pas et qu"elle a aucune réaction ni douleur ni bien etre elle a 78ans et elle a cette maladie depuis 2003 que dois-je faire</p> <p>cordialement mme bekhti</p> douleurs audoigt 2015-12-04T10:47:44Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment13718 2015-12-04T10:47:44Z <p>bonjour,<br class="autobr" /> ma question peut paraître un peu bizarre mais voilà :<br class="autobr" /> avant d'aller à la selle ou d'uriner ou même de devoir faire un gaz, j'ai une petite douleur au doigt qui disparaît de suite après le passage aux toilettes<br class="autobr" /> pour info j'ai été opéré il y a 9 ans d'une prostatectomie radicale sans chimio ni radio et mon psa est à 0.<br class="autobr" /> l'anus est depuis très sensible..<br class="autobr" /> le generaliste, l'urologue ne voient pas !<br class="autobr" /> auriez vous une explication, merci pour votre aide</p> Les troubles du transit en gériatrie 2015-11-11T18:35:02Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment13643 2015-11-11T18:35:02Z <p>Bonjour, Claudine.</p> <p>Je ne pense rien des ostéopathes, je ne connais pas cette pratique.</p> <p>Mais sur le fécalome, j'en dirais davantage.</p> <p>S'il est haut situé, ce qui est fréquent, il n' a rien d'autre à faire que donner des laxatifs. Et si l'hôpital vient de lui donner une préparation à boire (la plus classique est celle qui sert à nettoyer l'intestin en prévision d'une coloscopie) il faut attendre le temps nécessaire, qui peut être long. Pour le moment, donc, je ne ferais rien de plus.</p> <p>Dans une dizaine de jours il sera utile de refaire une radio de l'abdomen, qui dira si le fécalome a été évacué. Je n'ai pas le souvenir d'une situation où on n'y soit pas arrivé.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2015-11-11T14:14:26Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment13638 2015-11-11T14:14:26Z <p>Bonjour<br class="autobr" /> Ma mère qui a 93 ans est hospitalisée souvent pour un problème de fécalome. Elle prend 2 movicol le matin mais le fécalome est placé très haut ce qui doit lui donner des nausées. En effet, elle mange peu car elle a toujours des nausées. L hôpital vient de lui donner une préparation à boire pour évacuer mais ce ne sont encore que des selles liquides. Nous ne savons plus quoi faire et nous pensons l'emmener voir un ostéopathe.</p> <p>Qu'en pensez-vous ?<br class="autobr" /> Cordialement,<br class="autobr" /> C.L.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2015-11-08T19:02:12Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment13621 2015-11-08T19:02:12Z <p>Nous allons nous diriger vers un gastro-entérologue, pour plus de sécurité. <br class="autobr" /> Un grand merci à vous, de la part de ma grand-mère aussi. <br class="autobr" /> Merci pour votre site, une vraie mine d'informations.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2015-11-05T20:39:54Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment13605 2015-11-05T20:39:54Z <p>Bonsoir, Anastasia</p> <p>Je n'ai pas assez d'indications pour formuler une hypothèse diagnostique. D'ailleurs je ne me lasserai jamais de répéter qu'il est très dangereux de faire de la médecine sur Internet : il faut examiner les patients.</p> <p>Ce point rappelé, on peut avoir quelques intuitions. Et tâcher de se repérer.</p> <p>Il y a un épisode par mois depuis un an (jamais rien avant ?). Ou ces épisodes sont liés entre eux ou ils ne le sont pas ; il faudrait vérifier que le trouble est vraiment périodique : il se peut qu'en réalité les épisodes surviennent à des intervalles très variables. Cela inciterait notamment à se demander s'il n'y a pas un facteur déclenchant (alimentaire ? allergique ?) passé inaperçu.</p> <p>Si les épisodes sont liés entre eux, alors il y a une pathologie chronique en cours. On ne peut la détecter qu'en faisant appel à un gastro-entérologue.</p> <p>Or il y a une quasi certitude : un trouble qui a débuté voici maintenant un an et qui ne s'est pas accentué ne correspond certainement pas à une maladie grave. Cela ne pousse donc pas à s'engager dans des examens compliqués ou pénibles. Le plus raisonnable est donc de ne pas trop s'en occuper.</p> <p>La réponse à vos deux autres questions n'est pas beaucoup plus facile.</p> <p>En principe quand les antibiotiques induisent des troubles du transit ils le font au cours du traitement, ou juste après. Mais les perturbations qu'ils induisent peuvent être plus complexes. Je ne retiendrais donc pas cette piste en première intention, mais sans l'exclure totalement.</p> <p>Quant aux infections urinaires, c'est encore plus compliqué, car elles peuvent être liés aux troubles du transit dans un sens comme dans l'autre : elles peuvent en causer, mais elles peuvent être causées par eux. Et ce trouble peut être une diarrhée ou une constipation.</p> <p>Non. Plus j'y réfléchis plus je me dis qu'il n'y a que deux attitudes rationnelles : <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> La première est de ne pas s'inquiéter outre mesure, et de continuer au coup par coup comme vous faites. <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> La seconde est de prendre un avis gastro-entérologique.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2015-11-05T10:09:01Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment13601 2015-11-05T10:09:01Z <p>Bonjour Docteur,</p> <p>je vous sollicite ici concernant ma grand-mère, charmante dame de 88 ans.<br class="autobr" /> Elle est autonome à domicile, sans antécédents particuliers au niveau gastro-entérologique. Elle ne prend aucun traitement influant sur sa motricité intestinale. Elle est traitée actuellement pour de l'HTA (Loxen + Cotareg avec association de Diffu K), des troubles du rythme (Hemigoxine), Kardégic, Actonel et Ginkor Fort.</p> <p>Cependant, depuis environ un an, elle souffre régulièrement de selles liquides ; elle a environ 1x par mois un gros épisode de selles liquides qui dure 2h environ et se calme ensuite, suivi par quelques jours de douleurs abdominales avec ballonements, traités par Spasfon. Ce qui me fait dire que cela ne rentre pas dans les critères traditionnels pour appeler cela une diarrhée.<br class="autobr" /> Dernier épisode en date fin de semaine dernière, 3 grosses selles liquides foncées et un peu verdâtres en 1H "le pire de ma vie" m'a t-elle dit. <br class="autobr" /> Elle se traite pas Tiorfan, 2cp au moment de l'émission de selles puis rien d'autre, hormis quelques mesures hygiéno-diététiques.<br class="autobr" /> Elle a eu en septembre un épisode de 5 jours de constipation, soulagé par ses bons soins grâce à une cuillère d'huile d'olive (le vrai remède de grand-mère).<br class="autobr" /> Depuis environ un mois, elle prend des probiotiques. Elle y a trouvé un effet régulateur de transit appréciable. <br class="autobr" /> En parallèle, elle a eu plusieurs infections urinaires (4 en un an), en lien avec des traitements par Vesicare ou Toviaz, qu'elle ne prend plus actuellement (pas de réelle efficacité). Elle a donc été traitée plusieurs fois par Oroken. La dernière, une infection à citrobacter frendii, antibio terminé il y a une semaine. <br class="autobr" /> Je me pose donc les questions suivantes : <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> dans quelle mesure la situation est-elle à prendre au sérieux ? sachant qu'hormis le jour de la selle liquide, où elle est un peu fatiguée, il n'y a pas de retentissement sur son état de santé (hormis une grande inquiétude de voir le cataclisme revenir) <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> les antibiotiques peuvent-ils impacter le transit, même après la fin du TTT ? <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> les infections urinaires ont-elles un impact sur le transit ?</p> <p>Merci par avance pour vos conseils et votre réponse<br class="autobr" /> Cordialement</p> Les troubles du transit en gériatrie 2015-08-31T16:01:29Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment13409 2015-08-31T16:01:29Z <p>Sans doute voudriez-vous quelque chose de plus complet. Mais ce n'est pas le but de ce site, et il y a d'excellents livres sur la question, vous les trouverez sans peine.</p> <p>Ce que je cherche à faire, c'est à donner une fiche technique pour les soignants ; cela dit l'article est conçu en paragraphes comportant à chaque fois une étape de diagnostic et une étape de traitement ; et dans ma pratique je n'ai jamais eu besoin d'autre chose que de ce que j'expose ici...</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2015-08-31T14:25:52Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment13408 2015-08-31T14:25:52Z <p>C'est très gentil.....Mais rien de curatif ou de diagnostic.. La liste des erreurs à ne pas commettre</p> Les troubles du transit en gériatrie 2015-08-20T19:53:11Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment13388 2015-08-20T19:53:11Z <p>Bonjour, Aude.</p> <p>Je comprends votre perplexité, mais en fait c'est très simple : il faut distinguer le traitement du fécalome, pour lequel on ne peut pas espérer grand-chose des laxatifs. Si le fécalome est vraiment là, constitué, solide, il faudra bien en passer par les lavements. Et à part certains laxatifs dits osmotiques (et encore) les laxatifs ne feraient qu'augmenter la taille du fécalome et donc la difficulté.</p> <p>Par contre, une fois le fécalome évacué, il faut maintenir un traitement laxatif, au moins tant que l'état général ne s'est pas modifié. Et pourquoi pas le Spagulax. Le choix du laxatif ne dépend que de la cause du fécalome.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2015-08-12T19:30:53Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment13371 2015-08-12T19:30:53Z <p>Bonjour Docteur,<br class="autobr" /> Je vois dans la notice du Spagulax qu' il est déconseillé de le donner en cas de fécalome or vous dites que fécalome égale administration de laxatif du coup je ne comprends pas ?<br class="autobr" /> Merci pour votre réponse et pour votre site qui est très intéressant.</p> constipation, suis obligée de pousser derrière le coccix pour essayez d'avoir de très peut importantes matières fécales 2015-08-06T08:51:59Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment13345 2015-08-06T08:51:59Z <p>Bonjour, Patricia.</p> <p>Je n'ai aucune compétence pour vous répondre : votre situation ne relève ni de la gériatrie ni des soins palliatifs.</p> <p>Tout ce que je peux dire c'est que votre récit évoque une constipation liée effectivement à ce qui se passe dans la partie terminale de votre intestin. Elles sont rarement graves, pas toujours simples à soigner, et demandent des examens spécifiques. Et comme il y a du sang (et même si on se doute bien que ce sang est provoqué par la constipation et non par sa cause), il faut de toute manière vérifier et en discuter avec un gastro-entérologue.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> constipation, suis obligée de pousser derrière le coccix pour essayez d'avoir de très peut importantes matières fécales 2015-08-04T16:39:27Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment13341 2015-08-04T16:39:27Z <p>Bonsoir, voila je suis constipée depuis des années, suis obligée d'appuyer sur le coccix pour évacuer ( des selles qui sont aussi fine qu'un crayon, de plus très peut de selles sortent !!!!!!!!!!!!!!!et aujourd'hui, j'ai mis un Normacol lavement, et beaucoup de sang est venu avec les selles, est ce possible que ce soit un fécalome que j'ai évacuer ou est ce plus grave ??? meci de votre réponse, car suis très inquiète j'ai 55 ans, et ai déja été opérée d'hémorroides il y a 4 ans. Sincèrement votre.</p> Diarhee tree longue pour personne agee 2015-06-01T15:58:50Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment13185 2015-06-01T15:58:50Z <p>Bonjour, Sara.</p> <p>Je ne vais pas pouvoir vous aider beaucoup : ce site est consacré à la gériatrie, et votre grand-mère n'est pas une personne âgée. Il vous faut donc prendre ce problème comme un problème de pure gastro-entérologie.</p> <p>Tout ce que je peux ajouter c'est que si la majorité des diarrhées est d'origine infectieuse, ce n'est nullement obligatoire. Ici nous avons affaire à une diarrhée chronique, et il n'est probablement pas adéquat de traiter par antibiotiques sans preuve bactériologique (il se peut qu'on en ait une) ni sans avoir fait le tour de toutes les causes de diarrhée fonctionnelle. Cependant dans la liste des causes à envisager, je n'en connais pas qui fasse courir de grands dangers à court ou moyen terme.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Diarhee tree longue pour personne agee 2015-05-31T19:02:52Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment13177 2015-05-31T19:02:52Z <p>Bonjour j'ai besoin d'aide ma grand mere a 66ans est depuis 3ans elle a un diarrhee. A chaque foi qu'elle mange elle le ressort en fesent ces besoin elle a du malle a marcher et tout les antibiotiques que les médecins lui donne non aucun effet au contraire il lui provoque des mots de tête. Donc je viens ici pour vous demander de l'aide en urgence s'il vous plaît. Je commence réellement a avoir peur pour elle aider moi plus les jour passe et plus j'ai peur</p> Les troubles du transit en gériatrie 2014-11-01T13:49:38Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment10441 2014-11-01T13:49:38Z <p>Bonjour, Patricia.</p> <p>Il me semble qu'il y a trois points à envisager.</p> <p>Le premier, c'est que vous "réitérez votre question". Mais cette question ne me rappelle rien. Pourriez-vous me renvoyer votre premier mail ?</p> <p>Le second, c'est votre question elle-même : <i>faut il donner des laxatifs 3 fois par jours et en particulier au repas du soir à nos résidents déjà hostiles au change de nuit ?</i>. Telle quelle elle n'a pas de sens : la prescription de laxatifs, comme toute prescription, doit être personnalisée. Tout ce que je peux dire c'est que les laxatifs de type osmotique se donnent souvent selon ce schéma. Mais il ne <i>faut</i> pas. Il ne faut rien. Il faut donner au malade ce dont il a besoin.</p> <p>Le troisième point est votre commentaire : <i>je ne prendrai pas de laxatifs avant d'aller me coucher !!!! c'est une question de logique !!!</i>. Mais, précisément, il y a là une faute de logique, car votre raisonnement ne tient pas compte du fait que les médicaments ont un délai d'action. Par exemple quand on utilise un laxatif de type anthraquinonique, on s'attend à un effet au bout d'une douzaine d'heures, ce qui fait que la logique commande au contraire de les donner le soir.</p> <p>Après, il y a toute une démarche à analyser. Car la vieille personne qui est hostile aux changes de nuit peut très bien être quelqu'un qui a gardé une continence suffisante pour, moyennant une aide, aller aux toilettes ou sur le bassin. Il faut donc être sûr que les changes de nuit sont indispensables, ou à défaut que les conditions locales dans l'établissement rendent illusoire une stratégie de maintien de la continence. Ou alors on peut négocier avec la vieille personne un changement de traitement : remplacer les laxatifs osmotiques par des anthraquinoniques (ils ont mauvaise réputation, et à juste titre, mais cette mauvaise réputation concerne bien plus le sujet jeune ; ou alors proposer de petits lavements évacuateurs, par exemple un jour sur deux. Tout s'envisage et tout s'essaie.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2014-10-29T21:04:19Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment10380 2014-10-29T21:04:19Z <p>bonjour !je réitère ma question : faut il donner des laxatifs 3 fois par jours et en particulier au repas du soir à nos résidents déjà hostiles au change de nuit ? perso avec toutes mes capacités, je ne prendrai pas de laxatifs avant d'aller me coucher !!!! c'est une question de logique !!! peut être que notre corps réagi mieux la nuit , je ne sais pas . alors expliquez moi et je prendrai alors plus en compte leur agressivité que je le fais déjà.merci de m'aider à comprendre.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2014-03-18T00:57:26Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment9949 2014-03-18T00:57:26Z <p>Bonjour actuellement aide soignante en geronto et preparant le concour ide cet article est complet simplement merci</p> Les troubles du transit en gériatrie 2013-11-03T21:12:14Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment9853 2013-11-03T21:12:14Z <p>Bonsoir, Jacqueline.</p> <p>Vous m'avez envoyé un message similaire sur le forum de l'article <i>Le grabataire en fin de vie</i>. je vos propose de regarder la réponse que j'y ai faite, je crois qu'elle couvre également les questions que vous posez ici. Si ce n'est pas le cas, si j'ai mal compris, n'hésitez pas à me préciser ce que vous souhaitez.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2013-10-31T15:37:18Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment9843 2013-10-31T15:37:18Z <p>bonjour docteur,<br class="autobr" /> je suis jacqueline, je vs ai ecrit sur "grabataire", la femme du malade atteint de demence fronto temporale, grabataire depuis 1 an, diabétique, sous cachets, et a ce jour, probleme de transit.<br class="autobr" /> oui en effet depuis quelques mois, 4 a peu pres mon mari , vu qu'il est somnolant tte la journée, ne fais plus ses besoins normalement !!le docteur m'a prescrit (normacol) plus "dulcolax", le matin en cas de constipation et l'infirmiere m'a fait achete du lansoyl, est ce pas trop ?<br class="autobr" /> je reprends n/conversation sur les soins palliatifs et je suis d'accord avec vs, quand au fait que mon mari n'aurait pas voulu que ses enfants, son fils de 30 ans qui vit chez ns, et moi meme soyons "spectateurs", en souffrance ) de ses douleurs !!<br class="autobr" /> docteur pouvez vous me dire si son transit peut fonctionné sans laxatifs ou faut t-il surveiller tout le temps (chose que je fais) svp ?<br class="autobr" /> merci de me repondre, et merci a nouveau pour le précédent conseil que vs m'avez donné !!<br class="autobr" /> trés cordialement<br class="autobr" /> jacqueline</p> Les troubles du transit en gériatrie 2013-07-24T16:10:54Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment9322 2013-07-24T16:10:54Z <p>Bonjour, Joël.</p> <p>Effectivement, votre question semble sortir du cadre de la gériatrie. Mais il n'est pas très difficile de vous répondre.</p> <p>La seule chose qui me gêne, c'est qu'il n'y a aucune raison pour qu'un sujet jeune et en bonne santé par ailleurs ait un problème de fécalome après quatre jours d'hospitalisation. Chacun sait qu'en voyage par exemple il arrive qu'on reste une semaine sans aller à la selle. Donc je vous vous répondre sous cette réserve, et en vous rappelant qu'il y a quelques hypothèses à envisager : <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Vous avez une constipation passagère banale, et il suffit d'attendre. <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Vous êtes constipé de manière bien plus chronique que vous ne pensez, simplement l'hospitalisation a été pour vous l'occasion de vous en apercevoir. Il suffit d'attendre. <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Il se passe quelque chose qui vient aggraver la situation. Ce serait surprenant, mais si c'est le cas la seule manière d'en avoir le cœur net est de consulter un médecin.</p> <p>Si maintenant nous supposons que c'est une constipation récente sans autre cause que l'hospitalisation, alors c'est très simple : <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Il est exclu de constituer un fécalome en quatre jours. C'est une simple constipation. <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Un lavement type Normacol est parfaitement indiqué (il ne serait guère efficace sur un fécalome haut situé). <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Les laxatifs sont moins logiques, mais ils ont toute chance de vous aider aussi. <br /><img src='https://michel.cavey-lemoine.net/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Il ne faut pas arrêter de manger, encore moins de boire.</p> <p>Et il serait surprenant que les choses ne s'arrangent pas dans les demi-journées qui viennent. Si elles ne le font pas, reparlons-en.</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2013-07-23T21:08:56Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment9320 2013-07-23T21:08:56Z <p>Bonsoir, je suis désolé de demander ici alors que je n'ai que 30 ans, mais je n'ai pas trouvé d'autres forums où quelqu'un pourrait me répondre précisément.<br class="autobr" /> Je sort d'une hospitalisation (pneumothorax spontané) de 4 jours où j'ai du rester alité. Le drain m'empêchant de bouger et ma grande timidité on fait que je ne suis pas allé à la selle durant mon séjour, et que j'évité de boire trop souvent pour ne pas trop devoir uriner dans le pistolet (je regrette !) ajouté à cela les calmants sous perfusion et je me retrouve hier (en rentrant chez moi) avec un fécalome bas empêchant toutes selles et provoquant de très vives douleurs (auto-diagnostique, mais en lisant beaucoup sur le net c'est pour moi une évidence) <br class="autobr" /> Je me demande donc si un lavement au Normacol peut-être efficace comme pour un fécamol haut ? j'évite de manger depuis hier pour ne pas qu'il grossisse, est-ce utile ? j'ai aussi prit des laxatifs de hier à aujourd'hui pensant que ce n'était qu'une mauvaise constipation, ça aide ou est-ce au contraire néfaste ? <br class="autobr" /> Vu ma timidité je ne tiens pas à devoir retourner à l'hôpital pour faire une sortie "manuelle" qui me mettrait très mal à l'aise et qui parait il est douloureuse... <br class="autobr" /> Merci d'avance pour votre réponse.</p> Les troubles du transit en gériatrie 2013-04-10T18:19:31Z https://michel.cavey-lemoine.net/spip.php?article58#comment9045 2013-04-10T18:19:31Z <p>Bonsoir, et merci de ce message.</p> <p>Malheureusement je ne via spas pouvoir vous répondre : outre qu'il ne parle pas de gériatrie, vous donnez trop peu d'indications pour que je puisse seulement me faire une idée de ce qui vous arrive. Or tous le cas sont particuliers...</p> <p>Bien à vous,</p> <p>M.C.</p>