Accueil > Du prendre soin > UNE INTERVENTION D’YVES GINESTE

UNE INTERVENTION D’YVES GINESTE

mardi 24 juin 2008 par Michel

Yves Gineste, créateur avec Rosette Marescotti de la méthode qui porte leur nom, m’a fait l’amitié de me donner une intervention à propos de l’article que je lui consacre.

Naturellement, je la publie telle quelle. C’est la parole d’un homme en colère ; c’est aussi le témoignage d’un homme de coeur et de convictions.

Il faut débattre avec Yves Gineste, et non point le combattre. Je souhaite vivement que justice lui soit enfin rendue.

Bonjour Michel, bonjour à tous,

Je ne suis pas d’accord avec bien des critiques de Michel Cavey, mais je me battrais s’il le fallait pour qu’il puisse les formuler, car se sont des critiques sévères mais extrêmement constructives et honnêtes.

Mais que répondre à des calomnies ? Je ne sais pas quoi dire, tellement ces propos sont à des années-lumière de notre fonctionnement, de nos personnalités.

Alors, peut être, faut-il rappeler simplement cela :

Les soignants se portent mieux avec nos approches : Nous avons eu jusqu’à 72 % d’arrêt maladie en moins au Québec, 55% en France. Ce sont des faits publiés par les établissements eux-mêmes. L’ASSTSAS, l’organisme dont la mission est de s’occuper de la santé des soignants du Québec implante la métho partout là-bas, pour cette raison.

A l’Hôpital de Ballainvilliers : 100% de turn over de 2000 à 2004, 0% de 2004 à 2007, depuis l’implantation de la métho (JT France2).

Mais aussi, des résultats avec les patients :
- Étude ANFH Limousin 1997 : 60% de grabataires en moins, avec l’implantation de la manutention relationnelle
- La majorité des EHPAD qui implantent la méthode : entre 20 et 60 points de GIR moyen pondéré en moins au bout de 1 an.
- Recherche scientifique Successfull Aging, organisme indépendant de recherche, Juin 2008, portant sur 130 patients en DTA [1], choisis uniquement pour les difficultés au cours des soins (cris hurlements, coups, morsures, griffure etc) : 83 % de pacification complète des conduites dites "agressives" des adultes âgés atteints de la maladie d’Alzheimer au cours de soins de base, en appliquant notre approche. Conduites qui sont simplement l’expression d’une souffrance immense. Et dans quasiment tous les établissements formés : disparition totale des soins forcés au cours des bains, douches, toilettes, repas etc.
- Baisse de troubles du comportement tellement importante que des centres publient jusqu’à 9 fois moins de médicaments pour les patients auparavant agités (Ballainvilliers), coût médicaments = 2euros11 par jour et personne dans l’unité long séjour de Tonneins (3 fois moins que dans le long séjour voisin).

Et j’apprends donc que je travaille en toge, dans un château, que les gens formés deviennent des initiés..., que j’achète les gens qui disent du bien de nous, que je dirige une secte, et maintenant que je suis scientologue. Probablement. De source sûre, car ON leur a dit ...

Et s’il y a aussi 400 établissements en attente de formation (au prix légèrement en dessous de la moyenne nationale), alors que nous n’avons ni commercial, ni même une plaquette publicitaire, zéro centime en pub, c’est parce que eux, ils ne savent pas tous ce que vous savez, n’ont pas conscience de l’arnaque, qu’ils sont achetés, sous emprise, ou que les cadres, les directeurs, les médecins qui demandent les formations sont simplement benêts ? Que l’humanitude et la métho soient au programme du DU de soins relationnels à l’université de psycho de Lyon, que 2 universités créent un nouveau DU "Méthodologie des soins Gineste-Marescotti, dite humanitude", dans le cadre d’un DU Diplôme Inter-universitaire de Thérapie Relationnelle Psychogériatrique, c’est peut être simplement pour participer à ruiner la santé des soignants et celle des malades, et à enrichir le commerce d’un privé (non universitaire de surcroît).

Sur le reste, je suis fatigué, je l’avoue, d’expliquer à des personnes qui ne connaissent ni notre travail, ni notre expérience, ni nous-mêmes qu’elles se trompent. Parce que je ne suis pas sûr qu’elles se trompent, mais que leurs propos relèvent de sentiments troubles que je préfère ignorer.

Et si c’est le droit de chacun de penser que notre travail ne vaut rien, ce n’est le droit de personne colporter des bruits insultants et des mensonges. Et peut-être plus triste encore, bien que la critique de Michel Cavey sur nos concepts reste affûtée, le fait de parler de nous en termes positifs dans bien des domaines va le faire entrer dans le cercle des "initiés, des "sous emprise", voire des vendus. Parce que quelques soient les preuves, l’importance des témoignages des centaines d’établissements, des évaluations des milliers de stagiaires très satisfaits à plus de 95%, des évaluations des missions parlementaires ou autres, nous sommes pour certains dans le domaine des émotions primaires de rejet, et le cognitif est bien faible face à cela.

Bien à vous Yves Gineste

Pour Jean : Je suis directeur de ma boîte, je ne sais pas comment on peut appeler cela autrement, c’est ce qu’il y a sur ma feuille de paye, et directeur des formations des 10 Instituts en France. Parce que je les mets au point, les organise, et les dirige. Le titre d’expert m’a été donné au Canada par des organismes totalement indépendants de nous (Centre de consultion et de formation en Psycho gériatrie de Montréal, et ASSTSAS, Association pour la santé et la sécurité des travailleurs des secteurs sanitaires et social, organisme paritaire état-syndicats). C’est leur coutume, je suppose, en tout cas c’est ce qui figure leurs tablettes administratives, en fait "conseiller-expert" pour être plus juste. Pour le Du de gérontopsy Rosette Marescotti, (moi je n’en ai pas), il s’agit de celui de Limoges, en 3 ans, il donne accès au mastère. Elle pourrait donc apparemment revendiquer ce "titre", mais justement ne le fait pas et voilà ce que vous pouvez trouver sur nos présentations et curriculum sur nos sites :"Professeurs d’EPS jusqu’en 1979, DU de Psycho-gérontologie (Rosette)". Et rien de plus. Et nous n’avons jamais revendiqué autre chose. Au Portugal, à l’université de Coïmbra, on me donne le titre de "Doctoré", ou Dotore, et j’ai beau leur expliquer systématiquement que je n’ai pas de diplôme , rien à faire, cela leur fait plaisir ! Moi, je suis ex prof de gym, ex maitre nageur, ex moniteur de plongée, et j’ai été boulanger , livreur et docker :-) Et depuis 30 ans dans les soins. Je me suis personnellement occupé des soins de plus de 25000 patients, systématiquement les plus difficiles. C’est sans doute pourquoi on nous donnent ce titre d’expert. Auriez vous des idées pour nos qualifications dans notre métier, qui ne puissent être soumises à aucune critique ? Si oui, je prends avec plaisir. Vraiment. re bien à vous Yves


Notes

[1Note M. Cavey : DTA= Démence de Type Alzheimer

18 Messages

  • UNE INTERVENTION D’YVES GINESTE Le 1er mai 2015 à 09:34

    « … Et dans quasiment tous les établissements formés : disparition totale des soins forcés au cours des bains, douches, toilettes, repas etc … »
    Yves Gineste
    « … Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions… »
    Serment de l’Ordre français des médecins de 1996 ( WIKIPEDIA)

    Bonjour monsieur Gineste,

    Mais pourquoi diable attendre la formation Humanitude pour que le personnel dit soignant soit sinon formé mais au moins, à minima, initié au Serment d’Hippocrate ? Y compris quand un patient souffrant de la maladie d’Alzheimer refuse par exemple de se laver ?

    Pourquoi diable attendre d’une formation « secondaire » ce qu’une formation initiale devrait enseigner ?
    Pourquoi un(e) aide- soignant( e) devrait absolument donner un soin dit d’hygiène alors que le Serment d’Hippocrate enseigne à un médecin de respecter l’autonomie et la volonté du patient ( y compris celle ( la volonté) de ne pas être soigné).

    Ne pas se laver engage le pronostic vital ?

    Sophie


    Répondre à ce message

  • UNE INTERVENTION D’YVES GINESTE Le 15 juin 2010 à 14:18 , par Nathalie

    Pour cette dame dont le mari est en maison de retraite, je suis as en maison de retraite et je peux lui assurer que le leve malade est utilisé que quand on a plus d’autres solutions chez nous ! Sinon on essaie tout jusqu’au bout ! voilà
    merci


    Répondre à ce message

    • UNE INTERVENTION D’YVES GINESTE Le 16 juin 2010 à 07:21 , par Michel

      Bonjour, Nathalie, et merci de vos deux messages.

      Je les trouve tellement vrais et apaisants.

      Quelle que soit l’idée qu’on se fait de la "philosophie de l’humanitude", il est évident que tout cela va dans le même sens : celui d’une prise en charge qui respecte l’autre, et qui le reconnaît comme maître de son destin.

      Il reste sans doute à examiner les franges : par exemple quand je me veux maître de mon destin, cela n’a-t-il pas des limites ? Mais peu importe : quand nous en serons aux franges, cela voudra dire que nous aurons fait tant de progrès...

      Bien à vous,

      M.C.


      Répondre à ce message

      • UNE INTERVENTION D’YVES GINESTE Le 26 février 2013 à 20:58 , par Angèle

        Bonjour
        Je découvre votre site en cherchant des informations pour mon dossier. Je suis en formation as et il m’est demandé en lien avec le module 5 "relation communication" de travailler sur une situation qui m’a interpellée. Nous avons eu un cours sur l’humanitude, je connaissais un peu, du faite de l’avoir vu en maison de retraite et je trouve cela formidable. On fait passer beaucoup d’information dans le regard, le toucher, la parole, la verticalisation....
        Merci pour votre site, mines d’informations...
        Je cherche pour une analyse sur le manque de communication lorsqu’il y a des parasites lors d’un soin (tv)
        Et merci pour vos messages que je lis, pour votre aide que vous donné à toutes ses personnes. Certains messages m’ont beaucoup touchés.
        Angèle


        Répondre à ce message

        • UNE INTERVENTION D’YVES GINESTE Le 2 mars 2013 à 23:05 , par Michel

          Bonsoir, Angèle.

          Je crois que vous aurez beaucoup de mal à trouver une étude sur ce sujet. Si quelqu’un en a c’est probablement Yves Gineste lui-même, que vous pouvez contacter à http://www.cec-formation.net/.

          Cela dit, faut-il des études ? Ce que vous évoquez est tellement évident... Il y aurait à écrire sur l’utilisation de la télévision en maison de retraite, en tant que moyen de ne pas communiquer... Je vous recommanderais volontiers d’écrire simplement sur des situations que vous avez observées.

          Bien à vous,

          M.C.


          Répondre à ce message

        • UNE INTERVENTION D’YVES GINESTE Le 17 mai 2015 à 10:21

          Bonjour,

          "On fait passer beaucoup d’information dans le regard, le toucher, la parole, la verticalisation...."

          Et c’est bien qui ce peut m’exaspérer dans la démarche " humanitude"... quand "verticaliser" une personne prend les couleurs d’un acharnement déraisonnable

          Nous soignons actuellement une dam âgée en " fin de vie" et la démarche " humanitude" justifierait que cette dame âgée soit " verticalisée" jusqu’au bout à l’aide d’un verticalisateur alors que cette dame n’a manifestement ni la force ni les ressources intellectuelles pour " vivre " cette verticalisation sinon forcée du moins imposée ... en d’autres termes presque le spectacle d’ une crucifixion symbolique.

          Et si on la laissait tranquille ?

          Sophie


          Répondre à ce message

          • UNE INTERVENTION D’YVES GINESTE Le 17 mai 2015 à 12:44 , par Michel

            Mais dire cela, c’est montrer qu’on n’a rien compris à la méthode Gineste-Marescotti, dont le fondement incontournable est le respect de la volonté de la personne.

            Bien à vous,

            M.C.


            Répondre à ce message

  • UNE INTERVENTION D’YVES GINESTE Le 2 septembre 2009 à 22:45 , par JAFFRE CHRISTINE

    ÉTUDIANTE A l’Institut de FORMATION DES CADRES DE SANTE DE BREST(29),MON PROJET EST DE DEVENIR CADRE DANS UNE EHPAD COMPORTANT UNE UNITÉ ALZHEIMER. JE SOUHAITE PENDANT MA FORMATION POUVOIR EFFECTUER UN STAGE DANS UN ETABLISSEMENT DE CETYPE QUI A FORME SON PERSONNEL A VOTRE PHILOSOPHIE DE SOINS. MERCI DE ME CONTACTER OU DE METTRE EN LIEN AVEC UN DIRECTEUR D’EHPAD PASSIONNE PAR CE SUJET. MERCI ENCORE
    CORDIALEMENT
    CHRISTINE JAFFRE


    Répondre à ce message

  • UNE INTERVENTION D’YVES GINESTE Le 12 août 2009 à 15:56 , par ARCADIANNE

    Bonjour, je travaille dans un hopital du sud de la france.Il y a 3 mois de cela ma cadre de service ( je suis AS en long sejour)
    m’a demandé si je voulais bien faire une formation intitulé "humanitude". curieuse, pendant 3 jours durants avec un collaborateur d’yves Gineste nous avons experimenté sur des patients difficiles ( agités agressifs rrétractés, ect ect)sa méthode. Ce que je peux vous dire, C BLUFFANT !!!Pour moi nous devrions tous avoir une petite piqure de rappel : prendre soin de l’autre a part entiere en tant qu’humain, le caresser, le regarder, le RESPECTER.


    Répondre à ce message

    • UNE INTERVENTION D’YVES GINESTE Le 12 août 2009 à 16:17 , par Michel

      Bonjour, et merci de votre message.

      Mais pour moi vous avez à la fois raison et tort.

      Vous avez raison : quand on suit une formation "Humanitude", on en ressort systématiquement dans l’état où vous êtes ressortie.

      Vous avez aussi raison de mettre l’accent sur la relation, la tendresse du geste, et le respect.

      Mais là où vous avez "tort", c’est qu’on pourrait croire à vous lire que la méthode Gineste-Marescotti se résume à cela. Or :
      - Si c’était le cas, ce ne serait pas une grande nouveauté.
      - Il existe au contraire de nombreux aspects de pure technique qui sont pour moi les découvertes fondamentales d’Yves Gineste.
      - Tant que je trouverai des gens, et j’en trouve, pour rester scotchés sur ces aspects de tendresse (ce pourquoi je suis très réservé sur le mot "humanitude"), je ne serai pas tranquille ; c’est là que se produiront, si ce n’est pas déjà fait, les dérapages.

      Bien à vous,

      M.C.


      Répondre à ce message

  • UNE INTERVENTION D’YVES GINESTE Le 12 janvier 2009 à 17:45

    je suis une as depuis 2003 je fais mon travail par passion ,j’aime etre dans l’humanitude aupres de la personne âgée ;il y a vraiment un interêt a lire et relire ce livre.Pour ma part ,la personne âgée participe ,a chaque soin ,que je lui apporte ;


    Répondre à ce message

    • UNE INTERVENTION D’YVES GINESTE Le 12 janvier 2009 à 19:53 , par Michel

      Merci de ce témoignage : il dit les choses les plus importantes. Et il dit notamment que le prérequis de la méthode Gineste-Marescotti est la volonté d’ancrer le soin dans le respect, la tendresse, la paix.

      Encore une fois, ce n’est pas la seule méthode, ce n’est pas la seule discipline. On ne fait pas autre chose en soins palliatifs. Mais en gériatrie, et plus encore en collectivité, cette approche n’était pas très répandue ; et le plus important est de voir que, largement grâce à l’action d’Yves Gineste, elle tend à se généraliser. Pas trop tôt.

      Bien à vous,

      M.C.


      Répondre à ce message

  • UNE INTERVENTION D’YVES GINESTE Le 28 juillet 2008 à 09:30

    Bonjour Madame,

    « J’aimerais tellement que les AS qui s’occupent de mon mari dans son EHPAD en appliquent les conseils. Mais elles n’ont pas le temps de lire. On le soulève avec un engin pour le sortir du lit au lieu d’essayer de le mettre un peu debout. Ca va plus vite !!! »

    Maryvonne

    Je suis AS.

    Je crois très honnêtement qu’un secteur professionnel qui ne donne pas le temps de lire à ses AS ne peut pas malheureusement lui donner non plus le temps de réflexion nécessaire (sens construction intellectuelle) sur la justesse de l’emploi ou non d’un appareil de levage.

    Sophie


    Répondre à ce message

  • UNE INTERVENTION D’YVES GINESTE Le 26 juillet 2008 à 00:23 , par Maryvonne Le Bec

    Je ne suis que l’épouse d’un Alzheimer, pas une professionnelle et j’ai lu le livre "Humanitude" comme on boit un verre d’eau fraîche un jour de grande chaleur.J’aimerais tellement que les AS qui s’occupent de mon mari dans son EHPAD en appliquent les conseils. Mais elles n’ont pas le temps de lire. On le soulève avec un engin pour le sortir du lit au lieu d’essayer de le mettre un peu debout. Ca va plus vite !!!
    Maryvonne


    Répondre à ce message

    • UNE INTERVENTION D’YVES GINESTE Le 27 juillet 2008 à 12:33 , par Michel

      Bonjour, Maryvonne.

      Vous avez totalement raison.

      Et je saisis cette occasion de redire que même si j’ai des objections contre ce livre, il n’en reste pas moins celui qui devrait être lu de toute urgence dans tous les services de soins.

      Bien à vous,

      M.C.


      Répondre à ce message

  • UNE INTERVENTION D’YVES GINESTE Le 25 juin 2008 à 10:05

    Bonjour
    Je suis rentrée assez tardivement dans le monde des professionnels de la santé. Au bout de huit ans d’expérience, formation initiale comprise, une question me taraude quand- même : Pourquoi ce milieu professionnel est - il à ce point justement « le domaine des émotions primaires ». ?
    Sophie


    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Gériatrie, soins palliatifs - Michel Cavey (Michel Cavey)
Directeur de publication : Michel Cavey